Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Covid-19: le CNPM et l’UNTM dénoncent la mauvaise gestion

Le président du patronat malien, Mamadou Sinsy COULIBALY et le secrétaire général de la plus grande centrale syndicale du Mali (UNTM), Yacouba KATILE ont dénoncé l’exclusion des partenaires sociaux dans la lutte contre le coronavirus.

 

Les responsables du Conseil national du patronat du Mali (CNPM) et l’Union national des travailleurs du Mali (UNTM) étaient face à la presse le 29 avril. Les échanges ont porté sur la gestion du coronavirus dans notre pays par le gouvernement. Lors de la rencontre, Mamadou Sinsy COULIBALY et Yaouba KATILE ont fustigé le régime qui jusque-là n’a pris l’initiative d’associer les partenaires sociaux dans ce combat.  Pour eux, ils sont exclus de la gestion de cette crise sanitaire dont ils sont les premières victimes.

«C’est déplorable que le Mali n’a pas associé les partenaires sociaux (les employeurs et travailleurs) dans la gestion du coronavirus contrairement à d’autres pays », a condamné le syndicaliste en chef, Yacouba Katillé. De son analyse le gouvernement se focalise sur la dimension sanitaire en minimisant les conséquences économiques de la crise. Et malheureusement, leur secteur est durement affecté. Les entreprises ne fonctionnement plus en pleine capacité et de nombreux emplois sont menacés.   

Donc, face à telle situation, l’attitude du gouvernement est un mépris pour les partenaires sociaux. Parce qu’en pareille circonstance, il est inadmissible de décider sans nous associer aux débats. « L’Etat ne doit pas être seul au tour de la table pour prendre des mesures sociales et économiques. Nous n’accepterons jamais un choix imposé. On va défendre nos intérêts. On ne va jamais accepter que des gens fassent des choses sur notre dos et aller mendier au plan international», renchérit le patron du secteur privé.

Pour lui, le secteur privé a été déçu le début avec le faux bon du ministre de la Santé et des affaires sociales, Michel Sidibé. Il était question de mettre en place une coalition du secteur privé contre le coronavirus qui devrait travailler le ministère de la Santé. Ce jour, rappelle M. COULIBALY, ils ont réuni les principes acteurs et des partenaires sociaux afin qu’ils puissent partager avec notre pays leur expérience dans la prise en charge contre le covid-19. Faute d’indisponibilité du ministre de la santé, l’initiative est arrêtée à la phase projet.

Mais, le président du CNPM est clair Michel SIDIBE a joué avec le secteur. « Le ministre de la Santé nous a utilisés pour faire croire qu’il est en phase avec le secteur privé lors de la cérémonie de lancement de la coalition du secteur privé contre le covid-19. C’est faux. Après cette rencontre, le ministre ne nous a plus consultés. Je l’ai appelé au moins quatre fois en vain», a fustigé Mamadou Sinsy COULIBALY.

Selon lui, le gouvernement, à travers le ministre de la santé, s’est servi du secteur privé et est train de gérer avec amateurisme la crise du covid-19.  D’après lui, tant qu’il ne change pas de méthode l’après coronavirus sera très dur pour le pays. « Le Mali va sortir très affaibli de cette crise au plan économique sans compter l’augmentation du taux de chômage », a prévenu M. COULIBALY.

Déjà, le Secrétaire général de l’UNTM affirme l’explosion de mise en congé technique des travailleurs. Sans un appui concret du gouvernement aux employeurs, la plupart de ces salariés seront licenciés pour motif économique. « Cela est une autre crise à craindre », a indiqué Yacouba KATILE.

Face à la situation, le front des faitières des employeurs et des travailleurs at proposé notamment la mise en place d’un comité paritaire de suivi de l’application des mesures fiscales, économiques et financières prises dans le cadre de la crise du covid-19 ; l’apurement intégrale de la dette intérieure de l’Etat dans le cadre de la relance économique ; l’implication des partenaires sociaux dans la gestion des subventions octroyées au secteur agricole.

Au plan social, les deux parties recommandent la prise en charge par l’Etat ou tout mécanisme approprié, des congés maladies des travailleurs atteints du covid-19, ou ceux mis en quarantaine ; la prise en charge de l’Etat des salaires des entreprises contraintes de réduire le personnel ou de former momentanément afin de sauvegarder les emplois.

Par Sikou BAH

INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct