Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Conseil national de la jeunesse du Mali: la succession de Mohamed Salia Touré ouverte

Depuis la démission de Mohamed Salia TOURE, le mois de juin dernier, l’organisation faitière de la jeunesse malienne (CNJ-Mali) est sans président. Pour combler ce vide, le Comité exécutif, à l’issue d’une réunion extraordinaire, le vendredi 30 juin, à son siège à Badalabougou, a décidé de la tenue d’une Conférence extraordinaire, le samedi 8 juillet prochain, à Sikasso.

mohamed-salia-toure-president-cnj-conference

Cette réunion qui a rassemblé les membres du Comité exécutif était présidée par le premier vice-président, Souleymane Satigui SIDIBE. Elle a été sanctionnée par un point de presse d’information axé sur la démission de l’ancien président Mohamed Salia TOURE et la justification de la tenue d’un congrès extraordinaire pour élire un nouveau président.
Le premier vice-président de l’organisation a informé que c’est la première fois, au niveau du Conseil national de la jeunesse, qu’un président démissionne au cours de son mandat. Une démission qui a donné lieu à beaucoup de commentaires et de confusions au sein de la jeunesse malienne. Raison pour laquelle, justifie M. SIDIBE, le Conseil a décidé d’informer l’opinion nationale, à travers la presse, de l’organisation d’une conférence extraordinaire.
«L’article 18 du règlement intérieur du CNJ-Mali prend en compte l’empêchement du président. Il stipule : ‘’quand le président est empêché, il est remplacé par le premier vice-président’’, sans plus de précision sur la durée de l’empêchement qui peut être temporaire ou définitif », a affirmé Souleymane Satigui SIDIBE. Il a reconnu que les textes du CNJ-Mali présentent des lacunes et que le Comité exécutif envisage la tenue des Etats généraux de la jeunesse pour donner un autre statut à l’organisation faitière de la jeunesse.
Par ailleurs, le conférencier dira que c’est pour éviter toute confusion au sein des démembrements que le Comité exécutif a jugé nécessaire d’organiser cette conférence extraordinaire qui est l’instance suprême de l’organisation entre deux congrès.
Selon lui, le congrès extraordinaire se réunit dans deux conditions : quand le bureau se réduit en 2/3 de ses membres ou quand les 2/3 des démembrements du Conseil demandent un congrès extraordinaire.
Aussi, cette conférence extraordinaire sera mise à profit pour valider les améliorations du Plan triennal du CNJ-Mali validé lors du Congrès de Bandiagara.

PAR MODIBO KONE

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct