Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Célébration de l’Aïd-El Kébir : ENSEMBLE POUR LA PAIX AU MALI

Après la prière, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, est allé saluer les familles fondatrices de Bamako.

issiaka sidibe ibk ibrahim boubacar keita abdoulaye idrissa maiga premier ministre mali imam amadou koke kalle

A cette occasion, il a demandé à tous nos concitoyens de prier pour la paix, l’entente, la solidarité dans le pays

A l ‘instar de la communauté musulmane, notre pays a célébré, vendredi denier, la fête de l’Aïd-El Kébir communément appelée la fête de Tabaski ou la fête du mouton. A cette occasion, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a sacrifié à la tradition en prenant part à la prière collective à la Grande mosquée Roi Fayçal de Bamako. On notait également la présence du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga, de plusieurs membres du gouvernement, des présidents des institutions de la République, des ambassadeurs des pays musulmans accrédités dans notre pays, des autorités du District de Bamako et d’une foule de fidèles musulmans.
Comme à l’accoutumée, la venue du chef de l’Etat à la Grande mosquée a suscité un fort engouement auprès des habitants de Bagadadji et des quartiers voisins. Leur enthousiasme était très perceptible quand le président Ibrahim Boubacar Keïta est apparu aux environs de 08 heures à Bagadadji. Un dispositif de sécurité avait été mis en place pour permettre aux centaines de fidèles musulmans d’accomplir cette adoration divine dans la sérénité. C’est donc dans une atmosphère calme et empreinte de sérénité que le véhicule du président de la République s’immobilisa à l’entrée principale de la Grande mosquée. Tout de blanc vêtu, Ibrahim Boubacar Keïta a été accueilli par le Premier ministre qui portait lui aussi un boubou blanc. Le comité d’accueil comprenait aussi le ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Omar Hass Diallo, des autorités du District, des responsables de la mosquée et des notabilités de Bamako.
Les personnalités prendront ensuite place dans la mosquée où se trouvaient déjà de nombreux membres du gouvernement et de fidèles musulmans.
Après cette étape protocolaire, commença la prière qui fut dirigée par Amadou Kallé dit «Sow», à la place de l’imam principal Koké Kallé qui a fait le déplacement à la Mecque pour accomplir le pèlerinage de cette année. Peu avant, des prêcheurs ont entretenu les fidèles en évoquant la grandeur et la puissance de Dieu, le créateur et l’omnipotent. Ils ont expliqué le sens de la célébration de l’Aïd-El Kébir et le sacrifice du mouton. Un geste qui, selon les érudits, traduit toute la dévotion des musulmans vis-à-vis du Créateur.
C’est pourquoi, ont-ils prêché, les fidèles doivent être solidaires les uns envers les autres en partageant avec les plus démunis en ce jour glorieux. La solidarité, l’entraide, le pardon, la joie et l’amour, ont dit les orateurs, sont des vertus que tout bon musulman se doit de cultiver envers son prochain.
Ils ont prié pour notre pays, avant de demander que chaque fidèle fasse de même envers son prochain. Après les deux rakats, l’Imam Amadou Kallé a, dans son sermon, fait des bénédictions pour la paix et la stabilité dans notre pays.
Au lendemain de la fête, le président de la République est allé saluer les familles fondatrices de Bamako (Niaré, Touré et Dravé). Au cours des échanges, Ibrahim Boubacar Keïta a demandé à tous nos concitoyens de prier pour la paix, l’entente, la solidarité dans notre pays.
Il a saisi l’occasion pour demander pardon à tout le peuple malien comme le recommande l’Islam en ce jour particulier dédié à la célébration de l’Aïd-El Kébir. « Je viens saluer comme il se doit au nom du pays, les autorités traditionnelles, les familles fondatrices, qui nous accueillent à Bamako. Il est bon, il est séant que chaque année, nous allions voir ces autorités pour les saluer au nom du pays. C’est ce que je fais. On a vu le rôle de médiation que ces autorités traditionnelles et légitimes ont joué récemment dans l’incompréhension qui s’était instaurée à propos du référendum sur la révision constitutionnelle. Donc ce sont des autorités dont l’utilité pour le pays est avérée. Elles ont droit au respect, et ce matin je le rapporte en venant ici », a déclaré en substance le chef de l’Etat
Les notabilités ont, à leur tour, fait beaucoup de bénédictions pour le pays et assuré le chef de l’Etat de leur accompagnement sans faille dans la conduite des affaires publiques. «Ce pays a besoin de choses mieux que ça. Nous ferons tout pour aider le président de la République dans ce qu’il est en train de faire. Que Dieu le garde et l’aide. Nous ferons tout ce qui est de notre possible pour que le Mali retrouve la paix. Ce pays peut tanguer mais ne tombera jamais, Inchallah !», a dit Souleymane Niaré représentant le patriarche des Niaré qui est à la Mecque pour le pèlerinage.
Al Hassane Dravé représentant de la famille Dravé a, lui aussi, salué la démarche du chef de l’Etat. «Aujourd’hui est un jour de très grande joie et de fierté. Cette démarche du président de la République nous honore beaucoup.
Toute la famille Dravé a apprécié cette démarche du président et qui n’est pas la première. Il y a eu beaucoup d’autres démarches de sa part. Nous nous réjouissons de sa visite et nous nous réjouissons des paroles aimables qu’il a eues à prononcer à notre endroit et nous sommes fiers de l’avoir aidé à résoudre des problèmes cruciaux qu’il avait connus par rapport à la révision constitutionnelle.
Nous remercions le président de la République de nous avoir écoutés. Toute chose qui a permis d’apaiser le climat social», a-t-il indiqué.

Mohamed TRAORE

 

Source: essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct