Alassane Ouattara reconduit à la présidence de la CEDEAO

Le 42-ème Sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), ouvert mercredi à Yamoussoukro, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, a pris fin jeudi en début d’après-midi sur la reconduction du président ivoirien Alassane Dramane Ouattara à la tête de l’institution sous-régionale pour un second mandat d’un an et la tenue à Abuja, au Nigeria, pour une ‘’date à déterminer’’ du prochain Sommet ordinaire.

cedeao chef etat alassane dramane ouattara blaise compaore faure eyadema boni yayi youssoufou

Appréciant la décision de ses pairs, le chef de l’Etat ivoirien a estimé d’un ‘’vote de confiance’’ fait à son égard ainsi qu’’’un honneur’’ adressé ‘’à tout le peuple ivoirien.

Il a ajouté qu’il dédie aux Ivoiriens sa réélection à la tête de la CEDEAO, un résultat qui ‘’consacre, selon Ouattara, tous les sacrifices et tous les efforts accomplis avec vous, mes pairs, pour relever les défis sécuritaires et de développement nécessaires à la construction d’un espace communautaire et sécurisé’’.

Soulignant son ‘’attachement aux valeurs de paix, de stabilité et de justice sociale’’, il s’est dit ‘’convaincu qu’avec une population de 300 millions de personnes, essentiellement des jeunes’’, la sous-région ouest-africaine ‘’peut réaliser des résultats économiques bien meilleurs et se hisser parmi les ensembles communautaires les plus performants’’.

Le président Ouattara a relevé que c’est dans ce cadre d’’’ambition commune’’ qu’il compte placer son second mandat, une démarche qui va nécessiter, selon lui, ‘’des réformes importantes pour aider au renforcement de la performance’’ des institutions de la CEDEAO et, du coup, ‘’amener les Etats membres à mettre en œuvre les dispositions communautaires qui constituent des catalyseurs de progrès dont’’ il faudra tirer ‘’le meilleur profit’’.

Avant la cérémonie de clôture, le chef de l’Etat ivoirien avait procédé à la signature de lancement de construction à Yamoussoukro de l’usine de bio-larvicide, une opération de lutte contre le paludisme initiée par la CEDEAO, en collaboration avec CUBA et le Venezuela .

Deux autres usines sont prévues au Ghana et au Nigeria en vue de mieux lutter contre la malaria qui tue par an trois millions de personnes en Afrique.

CTN

SourceAPS