Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Violences faites aux femmes : un fait de société « cruel et inacceptable »

Les femmes leaders du Mali ont organisé une marche silencieuse ce vendredi 03 juin du monument de la paix de Bamako à la cité ministérielle pour dénoncer les violences faites aux femmes. Du mois d’avril à mai 2022 au moins quatre cas d’assassinats de femmes, de viols ou d’autres coups et blessures ont été enregistrés.

 

Elles étaient une centaine des femmes sorties massivement pour manifester leur mécontentement face aux violences à l’égard des filles, enfants et femmes, avant de rencontrer le ministre de la Justice et de Droit de l’Homme pour lui soumettre leur déclaration. « Nous nous sommes réunies ce jour 3 juin 2022 au monument de la paix pour manifester notre mécontentement et lancer un cri de désarroi aux autorités de la transition, aux autorités traditionnelles coutumières et à toute la société malienne face aux nombreux assassinats et maltraitances des femmes par leurs conjoints, proches ou par des malfrats », déclare Sina Damba.
En effet, du mois d’avril au mai 2022 au moins quatre cas d’assassinats de femmes, de viols ou d’autres coups et blessures ont été enregistrés. Le 13 avril 2022, le corps d’une jeune dame enveloppé dans un drap de couchage a été découvert à Lafiabougou, pis la malheureuse a été découverte la tête presque ôtée du corps. Les internautes ont été surpris par les images d’un père de famille frappant son Bébé de huit mois presque à mort. Le 29 avril 2022, le monde de l’éducation et les maliens et maliennes ont été surpris par l’ignoble assassinat de Mme Ouattara Ramata Togola, directrice de l’école fondamentale B du CAP de Selingué. La triste nouvelle a suscité l’indignation et la stupéfaction du monde enseignant et des femmes du Mali. Dans la nuit du 8 au 9 mai aux environs de 4heures du matin, Mme Aicha Barry, Caporal de la Garde Nationale a été retrouvée seule calcinée dans sa chambre alors qu’elle y était avec son fiancé.
Face à ces crimes crapuleux et acres inimaginables, les femmes du Mali, condamnent avec l’énergie du désespoir toutes ces graves violations des droits de l’homme singulièrement ceux des femmes, des jeunes filles et garçons, déplorent le fait que certains suspects puissent s’échapper des mailles de la justice et souvent depuis la garde à vue, toutes choses qui entravent les enquêtes et rajoutent à la douleur des familles endeuillées. « Les femmes du Mali affirment haut et fort que pendant longtemps et même trop longtemps la société a été sourde aux crimes d’alarme, aveugle aux souffrances, muette face aux violences faites aux femmes et aux filles », déplorent les femmes manifestantes.
Pour ces femmes, les violences faites aux femmes et aux filles restent un fléau, un fait de société « cruel et inacceptable ». C’est pourquoi elles se sont mobilisées pour implorer la société malienne, les décideurs à tous les niveaux afin qu’ensemble ils puissent développer des stratégies et outils pour y faire face. Aussi, sollicitent le Gouvernement du Mali, à une meilleure protection des femmes et des filles par le renforcement des structures chargée de la prise en charge des violences faites aux femmes et aux filles, la diligence dans l’enquête et la traduction des présumés auteurs devant les juridictions compétentes.

Kossa Maïga

Source : Canard Déchaine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct