Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

US et COUTUMES : Le mariage chez les Peulhs

Au Mali, les ethnies ont des rituels très différents à l’occasion des cérémonies de mariage. Dans ce premier numéro de votre rubrique Mariage, nous nous intéressons au mariage en milieu peulh. Aujourd’hui, partout dans le monde les peulhs sont présents. Selon leurs histoires, ils sont connus pour leur courage, leur générosité et leur honnêteté. Depuis des siècles, ils ont des traditions de mariage spécifiques qui les distinguent des autres ethnies. Car, le mariage est une étape importante dans leur vie.  Les peulhs gardent leur singularité et leur originalité qui sont toujours respectées et perpétuées de génération en génération. Un tour dans certaines familles peules suffit pour s’imprégner de leur tradition en matière de mariage.Le cérémonial de mariage chez les Peulhs, le premier engagement naît dès la volonté de s’unir. L’homme informe sa famille notamment un oncle, une tante ou un ami dont il est proche de son désir de se marier avec une femme laquelle est déjà informée. C’est donc un griot désigné par la famille qui effectuera les demandes.  Après avoir eu le consentement de cette dernière en plus de celui de ses parents on fixe la dot et les conditions du mariage.

« Nous désirons votre fille pour notre fils, si Dieu lui donne vie, accordez la nous ». Les pères de la fille répondent : « nous avons entendu, si Dieu en a ainsi décidé et si c’est son désir à elle, nous vous la donnerons ». Quant au père biologique, il n’a pas de mot à dire. Tout sera confié à un oncle qui, à son tour, en fait part à la mère qui informe la famille.

Il faut savoir que chez les peuls, un contrat n’est pas forcément signé mais les accords devront être respectés car un Peulh se doit de ne jamais trahir sa parole. Pour symboliser cette étape, les Peulhs offrent de la noix de Cola et une somme demandée par la famille de la future épouse et une valise remplie de vêtements, chaussures, sacs, lingerie, chaîne en argent ou en or etc.

Après, une petite rencontre est organisée pour que les familles des futurs mariés apprennent à mieux se connaitre si ce n’est pas déjà le cas. C’est la famille de la jeune femme, qui organise cette petite cérémonie, mais il revient à la famille du jeune fiancé d’apporter le financement. La dot, généralement une somme d’argent et la Cola qui la symbolise, sera distribuée à l’issue de cette cérémonie. Elle se déroule chez la future mariée.

Rappelons que les cérémonies rituelles chez les peuls de Mopti, de Macina, de Ténenkou et de Guidjo sont différentes. De nos jours, dans la capitale le jeune fiancé donne une somme a sa bien-aimée qui va préparer un bon plat accompagné de jus et pour sa belle-famille. Ce geste renforce les liens entre les deux familles.

Après les fiançailles, on fixe date du mariage proprement dit. En réalité, il s’agit de deux cérémonies qui se succèdent mais c’est la famille de la future épouse qui commence la première. S’agissant de celle du mariage, elle se déroule essentiellement chez la famille de la jeune femme. Cette dernière est habillée en Boubou blanc. Entourée de ses amies, elle est choyée et nourrie par une conseillère conjugale (Magnabaga en Bambara)

Une fois la nuit tombée, les cousines, les cousins, les collègues et les amis du futur époux viennent chercher l’épouse pour rejoindre son mari dans la chambre nuptiale pendant une semaine. Ces deniers donnent une somme symbolique aux sœurs et aux amies de la mariée. Au cas où l’époux trouve sa femme vierge, le lendemain à la première heure une cérémonie est organisée dans la famille de l’épouse. Après tout le processus, la nouvelle mariée rejoint son mari pour de bon…

Fatoumata Koita

Source: Bamakonews
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct