Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

URD : Salikou Sanogo a-t-il perdu la face?

Remplaçant feu Soumaïla Cissé à la tête de l’Union pour la République et la démocratie(URD), le professeur Salikou Sanogo est mis en minorité dans son propre parti. Une pétition signée par 70 membres du directoire du parti exige la tenue du congrès. Le 16 août, il avait adressé un message aux membres du bureau exécutif et aux secrétaires généraux des sections pour attirer leur attention sur la nécessité de travailler à la cohésion au sein du parti.

 

« Conformément aux dispositions des articles 50 et 54 des statuts de l’Union pour la République et la démocratie et de l’article 46 de son règlement intérieur, nous, membres du Bureau exécutif national, demandons au premier vice-président du parti la convocation et la tenue d’une conférence nationale extraordinaire dans un délai de 20 jours à partir de la signification de la présente. L’ordre du jour de cette conférence nationale extraordinaire porte sur le remembrement du bureau exécutif national de l’URD », souligne la pétition.

Salikou Sanogo avait demandé aux initiateurs de la pétition de mettre fin à leur initiative en vue de préserver l’entente au sein du parti. La pétition vise à inviter le premier vice-président à tenir une conférence nationale extraordinaire. Parmi les signataires, il y a des figures importantes connues pour leur militantisme de longue date comme Gouagnon Coulibaly, 14èmevice-président. La conférence nationale extraordinaire voulue devra porter sur le remembrement du Bureau exécutif national (BEN).

Il est clair, selon le Pr. Salikou Sanogo, que cette démarche comporte des dangers. Dans la journée du samedi, une réunion du Bureau exécutif national du parti se penchait sur la question.

Ladite pétition est signée par plus de 70 cadres du parti dont des figures importantes. En dehors de Gouagnon Coulibaly, il y a Mme Diawara Salimatou Keïta, Racine Thiam, Béffon Cissé, Madani Traoré, Eli Diarra, Mme Michelle Moncourt, Abdoul Aziz Dicko. Gouagnon Coulibaly qui a été député du parti et directeur de campagne de Soumaïla Cissé a confirmé l’authenticité de la pétition qui circule sur les réseaux sociaux.

La crise est perceptible au sein du parti. Le Pr. Salikou Sanogo, adressait une lettre au BEN et aux secrétaires généraux des sections de l’URD pour attirer leur attention sur la gravité de la signature d’une pétition dans le but de l’organisation d’une conférence nationale extraordinaire. Il a rappelé à ses camarades membres du BEN sollicités pour la signature de la pétition qu’ils n’ont nullement besoin de passer par des voies détournées pour demander l’organisation d’une conférence nationale du parti, en dehors des réunions statutaires.

Son appel à l’unité semble avoir été vain, malgré la pertinence du danger qui guette son parti et le contexte politique. « Le regard de tous les Maliens est tourné vers l’URD. Notre parti est aujourd’hui perçu comme celui autour duquel pourra se construire la dynamique qui sortira notre pays de cette crise dans laquelle nous vivons depuis si longtemps », souligne sa lettre, adressée aux militants. Mieux, Pr. Sanogo ajoute que « ce n’est pas le moment de s’offrir en spectacle. Ensemble, unis, nous réussirons. »

Beaucoup pensent que des cadres du parti sont en manœuvre pour trouver un candidat à l’élection présidentielle de 2022. On s’attend à de chaudes empoignades entre des candidats potentiels comme le Dr. Boubou Cissé, Me Demba Traoré, Mamadou Igor Diarra, Dr. Madou Diallo.  A ce rythme, on se demande si le Pr. Salikou Sanogo n’a pas perdu la face, puisque sa lettre n’aura servi à rien.

Oumar KONATE

Source : La Preuve

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct