Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Transition : Le plan Choguel est là !

Le Premier ministre de transition, Choguel K Maïga, a présenté ce vendredi au Conseil national de transition (CNT) le Plan d’action de son gouvernement (PAG) avec quatre axes. Le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, les réformes politiques et institutionnelles, l’organisation des élections générales, la promotion de la bonne gouvernance et l’adoption d’un pacte de stabilité constituent les quatre grands axes du Plan d’action du gouvernement.

En effet, le Premier ministre, Choguel K Maïga, a présenté vendredi 30 juillet dernier  un plan pour mettre fin à la crise   que traverse le pays   depuis 2012.

Pour ce faire, le Dr Choguel K Maïga annonce quatre « thérapies de choc » : le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; Les réformes politiques et institutionnelles ; L’organisation des élections générales ; La promotion de la bonne gouvernance et l’adoption d’un pacte de stabilité, soient, les quatre axes sur lesquels portent le plan d’action. Avec, pour chaque axe, des priorités bien définit.

Aussi pour le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire, M. Maïga a indiqué que son gouvernement s’engagerait à mettre “tous les moyens matériels et humains nécessaires à la disposition des Forces de défense et de sécurité (FDS) maliennes” afin de leur permettre de s’acquitter de leurs missions.

A cet effet, les actions prioritaires viseront à renforcer les effectifs des FDS, à moderniser leurs équipements et les infrastructures et à améliorer le parcours du recrutement, en passant par la formation, l’entraînement et l’aguerrissement. Il a également annoncé  que : «  des opérations d’envergures seront menées sur l’ensemble du territoire pour le retour de la paix dans les régions de Mopti, Ségou et du Nord. Pour finir, dans ce volet le gouvernement « poursuivra la mise en œuvre intelligente, et la relecture de manière consensuelle, » de l’accord de d’Alger.

En ce qui concerne, les réformes politiques et institutionnelles, Choguel Maïga, a expliqué, qu’il songe, entre autres, à l’organisation des Assises Nationales de la Refondation (ANR) sans que cela soit une assisse de trop, promet-t-il, en se référant au Dialogue National Inclusif ou à la conférence d’Entente National, sur les résolutions et recommandations des quels elles s’appuieront. Il s’agira de donner de récolter les propositions de tous les maliens (au niveau local et national) sur la refondation de l’État.

Instituer l’Organe Unique de gestion des Élections, reformer le système électoral à travers les textes fondamentaux régissant les élections : sont les deux priorités annoncées par le premier Ministre, pour le troisième axe, qui vise l’organisation des élections générales transparentes, crédibles et inclusives.  Malgré la réticence de certains partis politiques, notamment lors de l’atelier de concertation sur sa faisabilité avant les élections, le 28 et 29 juin dernier, le premier ministre annonce que l’organe verra le jour, suivant « un processus simple de mise en œuvre a travers la relecture de la loi électorale, l’installation d’un directoire national et des démembrements aux niveaux régional, local et dans les ambassades et consulats du Mali à l’extérieur ».

Quant à la bonne gouvernance et l’adoption d’un pacte de stabilité sociale, le gouvernement s’engage à combattre la corruption et l’impunité. Dans ce cadre, des Audits relatif à la cession des bâtiments publics seront menées. Ainsi des poursuites judiciaires sur les tueries et exactions des 10, 11 et 12 juillet 2020 à Sikasso, Kayes et Bamako.

Maïga a aussi donné des gages à la communauté internationale en ce qui concerne la volonté des autorités de transition de respecter tous les engagements pris par le pays, notamment la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali (APR).

“Le gouvernement poursuivra la mise en œuvre intelligente et la relecture de manière consensuelle de l’accord aux fins de son parachèvement”, a-t-il indiqué, tout en mettant l’accent sur “son appropriation collective et le renforcement de son caractère inclusif”.

Mémé Sanogo

Source: L’Aube

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct