Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Traitement du glaucome : Un plaidoyer pour réduire le coût

Dans une explication simple, le glaucome, est une tension des yeux qui atteint les nerfs optiques pour ensuite les ronger petit à petit. C’est un réel problème de santé publique dans notre pays. Selon les sources hospitalières, le glaucome touche 4,5 à 5% de la population malienne tous âges, sexes et ethnies confondus.

 

L’ONG Sightsavers, en partenariat avec le Programme national de santé oculaire (PNSO) etl’Association malienne de lutte contre le glaucome (AMLG), a organisé, mardi dernier, une rencontre de plaidoyer auprès de la Direction générale de la pharmacie et du médicament pour sensibiliser sur la maladie et ses implications, notamment en termes de prise en charge. L’organisation et ses partenaires entendent amener les autorités à prendre les dispositions utiles pour que les médicaments contre le glaucome soient dans la liste des médicaments essentiels et discuter des difficultés d’approvisionnement des médicaments indiqués dans le traitement du glaucome.

La cérémonie a enregistré la présence du directeur général de la Pharmacie et du Médicament, Dr Yaya Coulibaly, du responsable des programmes de Sightsavers, Soumaïla Doumbia et du coordinateur du PNSO, Pr Lamine Traoré. Le représentant de Sightsavers a expliqué que le glaucome est la deuxième cause de cécité au Mali. Il a aussi également rappelé que c’est compte tenu du coût élevé des médicaments contre le glaucome que son organisation a initié ce plaidoyer. «Depuis des années, nos programmes accompagnent le Mali dans la lutte contre la cécité», a indiqué Soumaïla Doumbia, avant de dire que son organisation finance l’AMLG dans le cadre de ses activités de sensibilisation et de dépistage précoce du glaucome.

Pr Lamine Traoré a relevé que cette rencontre a pour but d’aller vers une plus grande accessibilité aux médicaments pour le traitement du glaucome. Pour lui, les médicaments coûtent très chers et peuvent revenir par exemple au malade à 18.000 Fcfa par mois. Ce qui n’est pas à la portée de la majorité des malades atteints de glaucome, a souligné le coordinateur du PNSO. Et d’indiquer que la plupart des malades n’ont même pas les moyens de faire face aux examens de routine nécessaires pour circonscrire l’évolution de la pathologie parce que certains vivent dans les zones reculées où, ils n’ont pas accès au traitement.

Le Pr Lamine Traoré précisera aussi que c’est une pathologie héréditaire et sournoise. Ce qui explique l’augmentation du taux de la maladie dans notre pays. Pour lui, le glaucome est plus fréquent chez les personnes de la tranche d’âge de 30 à 60 ans. Il a invité tous à faire une consultation ophtalmologique au moins une fois par an. Dr Yaya Coulibaly a reconnu que c’est une bonne initiative de faire le plaidoyer auprès des autorités compétentes pour les malades atteints de glaucome parce que les médicaments indiqués contre le glaucome sont très onéreux et c’est un traitement à vie.Le directeur de la Pharmacie et du Médicament a expliqué également que les défis sont nombreux en termes de prise en compte des médicaments contre le glaucome dans la liste des médicaments essentiels et de difficultés d’accès.

Pour lui, le département de la Santé et du Développement social mettra tout en œuvre pour accompagner l’initiative. Il estime que des actions sont déjà en cours pour faciliter l’enregistrement de ces médicaments très chers dans la liste des médicaments génériques autrement dit en disposer en médicaments essentiels.

Baya TRAORÉ

Source : L’ESSOR

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct