Au cimetière d'Hamdallaye: ATT dans sa dernière demeure

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Thé “Achoura” contre le journal “La Sirène”

Huma Al Handaka société appartenant à Oumar milliardaire promoteur du thé Achoura se croyait tout permis, car riche. Mais en arriver à porter plainte contre un journaliste investigateur qui n’a commis que le seul péché  de lever le voile sur la qualité  douteuse d’un produit de consommation? C’est mal connaitre ce métier!

C’est suite à un  choix-transmis pardon, un soit-transmis du premier substitut du procureur du tribunal de la commune II que notre confrère a été interpellé au camp 1 de Bamako hier mardi 29 septembre 2020. Après toute une journée d’interrogations au camp 1, rendez-vous fut donné aujourd’hui mercredi 30 septembre 2020 au tribunal de la commune II  chez le même premier substitut.

Une mobilisation des journalistes à travers le mot d’ordre de leurs trois associations faîtières  (à leur tête BASSIDIKI TOURÉ président de l’ASSEP, DRAMANE KONÉ président de la Maison de la Presse, BADIOUGOU DANTE président de L’URTEL)  a convaincu plus d’un de l’élan de solidarité et de la détermination  des confrères. Un message fort!

L’aspect qui inquiète au-delà des frontières maliennes dans cette affaire,  est l’atteinte grave à  liberté  de la presse et la violation de la loi sur la presse ainsi que de la liberté d’opinion et d’expression au Mali.

Le comble,  est que le  premier substitut du procureur ignore tout de ces lois à moins qu’il ait délibérément choisi son camp pour des raisons que l’on peut aisément deviner. Après tout, le promoteur du thé en question est milliardaire… suivez mon regard!

Ceci peut expliquer en outre l’attitude des gendarmes… Qui a dit qu’il y a changement au Mali?

Après un long interrogatoire le mardi 29 septembre 2020, le camp 1 à transféré le dossier au 1er substitut. Le même !  Ce magistrat n’a manifestement pas fait honneur à cette noble profession.

D’abord pour la forme: il ne saurait avoir de soit-transmis en matière de délits de presse, si délit il y a. A moins qu’il s’agisse d’un choix-transmis qui n’engage que la personne l’ayant délivré.

En la matière, on parle plutôt de citation directe au tribunal pour les délits de presse. Secundo, le choix-transmis a été bien choisi. Au lieu de la police, les indélicats protagonistes ont jeté leur devolu sur la gendarmerie.

Et comme si cela ne suffisait, le principe de la compétence territoriale n’a pas été respecté.  Le siège du journal se trouvant au quartier Djelibougou, il revenait donc au parquet de la commune I d’enclencher une éventuelle procédure. Pas la commune II ! Il s’agit bien d’un  Choix-transmis. Aucun doute!

Les trois Présidents des associations faîtières de la presse BADIOUGOU DANTE, BASSIDIKI TOURÉ, DRAMANE KONÉ ont vite compris le manège, ses zones d’ombre et non-dits.

Le procureur général de la république fut alors vite saisi.

Et séance tenante, l’indelicat substitut fût dessaisi non sans avoir reçu des  leçons de droit de sa hierarchie.

Dieu merci! Il existe encore des responsables dans ce pays.

Bamanan den (Journal Kojugu kelebaa)

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct