Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Réformes politiques et électorales: le CNT adhère à la CEPE

Le président du Conseil National de Transition, Monsieur Malick_DIAW a reçu ce mercredi 21 avril 2021, une délégation de la Coalition Charte d’Emergence d’Engagement Public pour l’Emergence (C.E.P.E.) conduite par le Dr Abdoulaye SALL, Président du CRI 2002, également Président de la Coalition..

Aux dires du Dr SALL, il est venu présenter le document de contribution de la Charte d’Emergence d’Engagement Public pour l’Emergence (C.E.P.E.) au Président de l’Institution parlementaire. Ce document est une contribution des Organisations de la Société Civile aux efforts de l’ensemble des parties prenantes sur la prise en compte des priorités des jeunes, les femmes, les personnes vivant avec handicap et les groupes traditionnellement marginalisés dans les prochaines réformes politiques et électorales. Il s’inscrit comme un outil de défense d’une cause, celle du rétablissement de confiance entre les citoyens, les autorités politiques et administratives et les élus.
Le document de plaidoyer remis au Président du Conseil National de Transition s’articule autour de quatre axes majeurs : la révision de la Constitution du 25 Février 1992 ; réformes politiques et électorales ; la relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger ; la réorganisation territoriale.
Le document comporte pour chaque axe des recommandations spécifiques.
Pour ce qui est du premier axe, les recommandations sont: réviser certaines dispositions de la Constitution du 25 février 1992 en revoyant le mode de désignation des membres de la Cour constitutionnelle ; transférer le quota attribué au Président de la République aux organisations de la société civile professionnelle et aux OSC de défense des droits de l’homme dans la désignation des membres relevant de ce quota. Et sélectionner l’ensemble des membres de la Cour constitutionnelle par voie de concours qui sera ouvert à tous les citoyens du Mali ; prendre en compte dans la nouvelle Constitution les chefferies traditionnelles dans les secteurs socio-professionnels et mentionner expressis verbis au niveau de préambule de la nouvelle Constitution les personnes vivant avec handicap, les jeunes et les autorités traditionnelles; prévoir dans la nouvelle constitution la création d’une Cour des comptes…
Pour l’axe 2 qui concerne les réformes politiques et électorales, elle recommande : réviser la Loi électorale et la Charte des partis politiques afin de prendre en compte les priorités des jeunes, les femmes, les personnes vivant avec un handicap et les groupes traditionnellement marginalisés ; créer un Organe Unique de Gestion des Elections (indépendant et impartial) ; créer un cadre de concertation entre le M.A.T.D., la C.T.D.E.C., les collectivités et les OSC qui interviennent dans le domaine du processus électoral pour une mise en œuvre inclusive des opérations d’enrôlement des citoyens dans la base de données biométriques…
En ce qui est l’axe 3 relatif à la relecture de l’Accord, la C.E.P.E. recommande: réviser certaines dispositions de l’Accord pour la Paix pour les rendre conforme à la Constitution ; impliquer les FAMA et les citoyens à tous les niveaux dans la mise œuvre de l’Accord; traduire l’Accord d’Alger en braille pour permettre aux personnes vivant avec handicap visuel de comprendre son contenu ; élaborer un plan d’action pour faciliter la mise en œuvre des recommandations du DNI.
Enfin, la C.E.P.E. recommande : opérationnaliser les nouvelles régions tout en impliquant les citoyens dans tout le processus en tenant compte des groupages sociaux culturels ; déterminer les limites géographiques des nouvelles régions créées ; élaborer un plan d’action pour le retour de l’administration dans les régions où elle n’est pas présente…
Il faut noter qu’en même temps que le document de plaidoyer, le Président du Conseil National de Transition, Malick DIAW, a reçu la proposition de Cadre logique de la C.E.P.E pour les réformes politiques et institutionnelles. Il détermine les étapes, les actions, les responsables, les structures et les acteurs impliqués, la période du plaidoyer qui interviendra après la remise officielle du document aux autorités du pays.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : INFO-MATIN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct