Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Redécoupage: vent debout contre Ag Erlaf

Depuis le vendredi 12 octobre 2018, un projet relatif à un nouveau découpage administratif circule sur les réseaux sociaux. Il prévoit la création de 20 nouvelles régions administratives. Aujourd’hui, ce document, même s’il n’a pas encore fait l’objet de communication publique, voire officielle, est déjà sur les réseaux sociaux et est à l’origine de beaucoup de polémique dans la capitale. Comment un sujet aussi sensible a pu se retrouver sur la place publique alors même qu’il était encore au niveau de la réflexion ?

Conférence de presse, manifestations, déclarations : le projet de découpage territorial défraye la chronique ces derniers jours au Mali, en raison du caractère sensible du sujet. Depuis la semaine dernière, la tension couve dans la capitale, enflammant les réseaux. Au cœur de la polémique, le projet de découpage administratif. Même s’il nous revient que le document a fait l’objet d’une communication à la Primature, on peut se rendre compte qu’il n’a pas encore été signé. De ce fait, il devrait être réservé à certains milieux et non au grand public. Ce qui, malheureusement, n’a pas été le cas. Comme conséquence de cette banalisation d’un sujet aussi sensible, des voix commencent déjà à se faire entendre contre ce projet de découpage administratif, notamment à dans la région de Gao et à Goundam. Si certains estiment que le projet favorise les populations nomades, au détriment des sédentaires, d’autres, en revanche, pensent que la base devrait être consultée d’abord avant cette prise de décision du gouvernement.
On se rappelle que, dans un passé récent, l’opérationnalisation des nouvelles régions de Taoudénit et de Ménaka avait également fait l’objet de vives contestations.
Même si gouvernement ne nie pas, pour le moment, l’authenticité du document, la polémique actuelle autour de question aurait pu être économisée, si une bonne gestion en était faite.
En tout cas, compte tenu des défis qui assaillent la république en ces temps-ci, il aurait été préférable de faire économie de ces débats avant l’heure. C’est pourquoi nous estimons que notre administration est aujourd’hui interpelée sur la question du secret de ces documents sensibles, dans le but de préserver la quiétude et la cohésion sociales.
Le document sur le nouveau découpage prévoit la création de 10 nouvelles régions, que sont : Bougouni, Dïoïla, Nioro, Koutiala, Gourma, Douentza, San, Bandiagara, Nara et Kita. Ces novelles localités vont s’ajouter aux 10 autres régions qui composent déjà le Mali administratif.
Quant à Bamako, la capitale, il est prévu qu’elle soit divisée en dix communes urbaines au lieu des six actuelles.
Par contre, des spécialistes de la question pensent que cette nouvelle décentralisation en projet est une bonne chose, car elle pourrait permettre de rapprocher les services sociaux de base des populations.
Cependant, d’autres craignent que ce projet ne soit fait que pour satisfaire les désirs de certains groupes armés. Ce nouveau projet de découpage administratif est prévu dans l’accord pour la paix, signé à Alger en 2015. Il est censé transférer des compétences au niveau local dans les domaines de la santé, de l’éducation, des ressources financières.
Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct