Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Nouveau gouvernement: l’équipe de la réfondation

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla MAIGA, a constitué le vendredi dernier son équipe de 28 ministres dont 3 ministres délégués pour conduire le reste de la transition qui doit aboutir à la tenue des élections législative et présidentielle en février 2022.

Figurent dans cette liste six femmes qui représentent 21%. Ainsi, le compte est loin d’être bon dans cette équipe de Choguel MAÏGA en matière de respect du quota des femmes fixé à 30% dans les postes électifs et nominatifs.
Cette fois-ci le pourcentage des militaires a baissé par rapport au gouvernement précédent. Ils sont quatre sur 28 soit 15% de l’effectif, même s’ils conservent toujours des postes régaliens comme la sécurité, la défense…
Par ailleurs, la représentativité des partis politiques reste l’un des sujets à polémique dans cette équipe. Car, sur les 28 ministres, 10 sont issus des politiques. Le hic est que tous ces ministres, à part le représentant de l’ADP-Maliba, sont membres du M5-RFP. D’où la colère des autres formations politiques qui crient à la violation ‘’du serment’’ d’inclusion du Président de la transition et du Premier ministre.
Comparativement au premier gouvernement de Moctar OUANE, on note seize nouveaux ministres sur une équipe de 25 bonifiée de 3 portefeuilles délégués. C’est un bon équilibre en termes d’innovation et de stabilité gouvernementales. Et douze anciens ministres ont été reconduits. Deux ministres réconduits ont changé de département. Il s’agit de Harouna TOUREH et Mahamoud Ould Mohamed qui était précédemment au ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche. Le cas de Harouna TOUREH peut s’expliquer par la dérive verbale entre lui et des responsables de l’UNTM lors des négociations sur les revendications de la centrale syndicale.

Les reconduits
Dans la nouvelle équipe du Premier ministre, Dr Choguel Kokalla MAIGA, ce n’était pas le grand changement comme attendu par une partie de la classe politique. En effet, sur un effectif de 28 ministres, douze ont été reconduits. Il s’agit de :
ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Colonel Sadio Camara ; Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Lieutenant-Colonel Abdoulaye Maïga ; Ministre de la réconciliation de la paix et de la cohésion National chargé de l’accord pour la paix et de la réconciliation, Colonel Major Ismaïl Wagué ; Ministre de l’économie et des Finances, Alfouseynou Sanou ; Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Scientifique, Pr Amadou Keïta.
Il y a aussi : le ministre de la jeunesse et des Sports, chargé de l’instruction Civique et construction Citoyenne, Moussa AG Attaher ; le ministre des Maliens Établit à l’extérieur et l’intégration Africaine, Alhamdou Ag Illyène ; le ministre de l’industrie et du Commerce, Mahamoud Ould Mohamed ; le ministre des affaires religieuses, du culte et des coutumes, Mamadou Koné.
Par ailleurs, malgré leur scandale dans le gouvernement I de Moctar OUANE, ils ont été appelés à servir. Il s’agit du ministre des Mines, de l’énergie et de l’eau, Lamine Seydou Traoré. Pendant longtemps, il était opposé au Premier ministre par rapport à l’attribution d’un permis minier. Dans cette affaire, une enquête est ouverte contre lui pour avoir enregistrer un appel téléphonique et de le balancer sur les réseaux sociaux.
De plus, il y a la situation de Me Harouna Mamadou Touréh avec l’UNTM alors qu’il était le ministre de la fonction publique. Cette fois-ci, il a changé de portefeuille. Il est devenu le ministre de la communication de l’économie Numérique et de la modernisation de l’administration.
Enfin, l’ancien DAF du ministère de l’éducation, Youba BA, est de retour dans le gouvernement du Dr Choguel Kokalla MAÏGA. Lui qui a été nommé ministre des Maliens de l’extérieur dans le gouvernement éphémère de Moctar OUANE. Maintenant, il est le ministre délégué auprès du Ministre développement Durable, Chargé de l’élevage et la pêche.

Les entrants
Ils sont considérables les ministres reconduits, mais plus de la moitié de l’effectif du nouveau gouvernement sont entrants. Excepté le ministre Abdoulaye DIOP, aucun d’entre eux n’a une expérience ministérielle. Alors ils sont les ‘’bleus’’. Ainsi, ces seize nouveaux ministres sont : le ministre de la justice et des Droits de l’homme, Mamoudou Kassogué ; le ministre de la Refondation de l’État Chargé des relations avec les institutions, Pr Ibrahim Ikassa Maïga ; le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Colonel Major Daoud ALY Mohamedine ; le ministre des transports et des infrastructures
Mme Dembélé Madina Sissoko ; le ministre de l’éducation National, Mme Sidibé Dedeou Ousmane ; le ministre de la Santé et du développement Sociale, Mme Djeminatou Sangaré.
S’ajoutent à ceux-ci : le ministre de la fonction publique et du Dialogue Sociale, Mme Diawara AWA Paul Diallo ; le ministre du développement Rural, Modibo Keïta ; le ministre de l’entrepreneuriat National, de l’emploi et de la formation professionnelle, Bakary Doumbia; le ministre de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, Mme Wadidiè Founè Coulibaly ; le ministre de l’urbanisme, de l’habitat des Domaines et de l’aménagement du territoire de la population, Brehima Kamena.
Parmi les ministres stagiaires, il y a également le Ministre de l’environnement de l’assainissement et de développement Durable, Modibo Koné ; le ministre de l’artisanat, de la Culture de l’industrie hôtelière et du tourisme, Pr Andogoly Guindo ; le ministre délégué auprès du Premier Ministre chargé des politiques et institutionnel, Mme Fatoumata Sékou Dicko ; le ministre délégué auprès du Ministre de la Santé et du développement social Chargé de l’action humanitaire, de la solidarité des réfugiés et des déplacés, Imam Oumarou Diarra.
Enfin, seul le ministre des affaires Étrangères et de la Coopération International, l’Ambassadeur Abdoulaye Diop a déjà une expérience dans une équipe gouvernementale.

Les remerciés
Malheureusement pour certains, ils n’ont pas &r& reconduits dans ce gouvernement. Ils sont treize à être dans cette situation. Déjà aucune des 5 femmes de l’ancienne équipe n’a été reconduite. Et cette liste est complétée par 8 hommes.
Ils sont en occurrence : le ministre de la justice, Mohamed Sidda Dicko; le ministre de la Refondation de l’État et des Relations avec les institutions, Mohamed Coulibaly; le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Zeyni Moulaye; le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dionke Diarra; le ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Promotion des investissements, Arouna Niang; le ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme culturel, Kadiatou Konaré; le ministre de l’Éducation nationale, Doulaye Konaté; Ministre de la Santé et du Développement social, Dr Fanta Siby; le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mohamed Salia Touré; le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Bernadette Keïta; le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Modibo Koné.
Parmi les ministres remerciés, il y a deux qui ont été fortement décriés. D’abord, la tête du ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille, Bintou Founé Samaké était réclamée par l’influent chérif de Nioro pour être à la base d’un avant-projet sur la violence basée sur le genre qui porterait atteinte à des valeurs de l’islam et de nos traditions.
Ensuite, le nom du ministre des Transports et des Infrastructures, Makan Fily Dabo était dans un scandale.

Statuquo sur l’effectif de l’armée
Si une part importante a été accordée au M5 dans ce nouveau gouvernement, le nombre des militaires n’a pas changé. Ils restent toujours avec quatre portefeuilles avec les mêmes départements. A ce niveau, ce sont presque les mêmes personnes à part que le désormais ministre Modibo Koné a été remplacé. Il est devenu le nouveau directeur de la sécurité d’Etat. Ainsi, les ministres militaires sont : le colonel Sadio CAMARA, ministre de la défense et des anciens combattants ; le lieutenant-colonel Abdoulaye MAÏGA, ministre de l’administration territorial et de la décentralisation ; le colonel-major Daoud Aly MOHAMMEDINE, ministre de la sécurité et de la projection civile ; le colonel-major Ismaël WAGUE, ministre de la réconciliation, de la paix et de la cohésion nationale, chargé de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale.

Six Amazones dans le gouvernement
Elles sont toutes nouvelles. Aucune femme de l’ancienne équipe n’a été reconduite dans le gouvernement. Avec 21% de représentation, le genre peine toujours à atteindre le seuil légal des 30% pour les postes nominatifs et électifs.

Mme Dembélé Madina Sissoko, ministre des transports et des infrastructures ; Mme Sidibé Dédéou OUsmane, Ministre de l’éducation nationale ; Mme Djeminatou Sangaré, Ministre de la santé et du développement social ; Mme Diawara Awa Paul Diallo, Ministre du travail, de la fonction publique et du dialogue social ; Mme Wadidjé Founé Coulibaly, Ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille ; Mme Fatoumata Sékou Dicko, Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des réformes politiques et institutions.

Des politiques de retour
Dans le premier gouvernement de Moctar Ouane, la classe politique était presque mise à l’écart. C’était une équipe de militaire, de groupes armés, de la société civile, de technocrates, etc. Si pour beaucoup d’observateurs cela a été une erreur de casting, dans cette équipe de Dr Choguel Kokalla Maiga, elle a été corrigée. Ainsi, on y retrouve 8 ministres politiques dont le PM lui-même. Ces ministres politiques sont issus du M5-RFP. A commencer par le Premier ministre, il est le président du MPR et président du comité stratégique du M5-RFP. Il y a Ibrahim Ikassa Maiga (Urd), Mme Diawara Aoua Paul (URD), Brehima kamena (CNID) ; Modibo Koné (EMK) ; Imam Oumarou Diarra (MPJ Faso Yélen) ; Mme Wadidie Founè Coulibaly (MPD ) et Youba Bah, ADP-Maliba.

Dose corporatiste
Deux (2) syndicalistes : Mme Sidibé Dédéou Ousmane, Ministre de l’éducation nationale est la secrétaire générale de la Confédération démocratique des travailleurs du Mali, membre du M5-RFP et Mahamadou Kassogué, nommé Ministre de la justice et des droits de l’homme garde des sceaux, avait été le président du syndicat autonome de la magistrature.
Deux magistrats : Mahamadou Kassogué, Ministre de la justice et des droits de l’homme garde des sceaux et Andogoly Guindo, Ministre de l’artisanat, de la culture, de l’industrie hôtelière et du tourisme
Cependant, aussitôt la formation de ce gouvernement, des partis politiques n’ont pas tardé à réagir. Ainsi, dans un communiqué, l’ancienne majorité présidentielle, Ensemble pour le Mali (EPM), qui n’est pas représentée dans le gouvernement, avait déploré que la mise en place du gouvernement n’ait pas respecté les termes de l’entretien avec le Premier ministre Choguel Maïga. De même, le regroupement en gestation autour de l’Adéma, le Parena, l’ARP, le PS Yelen Koura n’a aussi aucun représentant dans le gouvernement. Tout comme le parti Fare qui précise dans un communiqué n’avoir aucun de ses membres dans le gouvernement. Mme Wadidie Founè Coulibaly (MPD) étant militante d’une association membre de MPD (Mouvement populaire et démocratique) présidé par le Dr Oumar Mariko.

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct