Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Lutte contre la Covid-19 : Les « Vaccins essai solidarité » pour tester les molécules anti-Covid

Au total, 40.000 volontaires sont concernés par ces essais cliniques qui cibleront les 6 communes du district de Bamako.

 

Après la réception d’un certain nombre de vaccins anti-Covid, le 5 septembre dernier, par le ministère de la Santé et du Développement social, le Mali  passera bientôt à la phase d’essai. Ainsi pour éviter toute psychose au sujet de ces molécules, l’Institut national de santé publique (INSP) et des urgences sanitaires, par le biais du  département en charge de la Santé et du Développement social, a organisé le mardi dernier, un point de presse.

Cette séance d’information des hommes de médias, qui s’est tenue dans la salle des réunions dudit ministère, a permis au Directeur de l’institut national de la santé publique et des urgences sanitaires, Prof Samba Ousmane Sow d’expliquer les avantages de ces essais cliniques et de rassurer du respect de toutes les étapes recommandées par les organismes habilités à cet effet.

Le Prof Samba Sow, a d’abord brièvement rappelé la gravité de cette pandémie qui a fait tant de ravages dans le monde. Ce qui a impacté négativement sur le monde entier par des répercussions néfastes. Cette situation a nécessité l’implication des chercheurs de diverses disciplines scientifiques. Cela, dans le but d’avoir un remède efficace, pour contrer cette pandémie.

Ainsi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires ont retenu certains pays pour cette étape appelée « Vaccins essai solidarité ». Sur le continent africain, le Mali a été présélectionné pour faire ce test d’essai clinique. Parce que, selon Samba Sow, la meilleure prévention d’une pandémie, c’est de respecter les mesures barrières et la vaccination, d’ou l’intérêt de ces phases précliniques. Et sur ce chantier, le conférencier du jour, pense que l’Afrique ne doit pas se contenter seulement d’être servi. Mais, elle doit plutôt aller vers la recherche.

Les critères de choix, ont été rigoureux a souligné le Prof Samba Sow. Parce que, c’est tout un processus conventionnel qui se passe d’abord par une phase préclinique, avant celle de la clinique. Pour cette campagne d’essai, le choix est volontaire. Pour lui, vu l’urgence qu’il y a, il faut accélérer et augmenter la mise en œuvre de ces vaccins contre cette épidémie qui fait tant de morts à travers le monde entier.

Tout en invitant l’Afrique à participer aux protocoles de recherche à l’échelle international, Samba Ousmane Sow s’est réjoui du fait que trois pays du Continent sont dans les starting-blocks pour fabriquer des vaccins anti-Covid. Il s’agit du Sénégal, du Maroc et de la Tunisie. Et Samba Sow d’inviter les professionnels des medias, à utiliser leurs différents canaux d’information pour transformer les rumeurs en messages positifs concernant ce projet.

Dr Traoré Cheikh Tidiane du cabinet du ministre de la santé de renchérir que l’objectif de ce point de presse, c’est d’arriver à la fabrication des médicaments fins prêts pour soigner cette maladie à Coronavirus et contribuer à son élimination définitive sur la terre.

Signalons que 40.000 volontaires sont concernés par ces essais cliniques qui cibleront les 6 communes du district de Bamako.

Diakalia M Dembélé

Source : 22 Septembre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct