Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Justice : les huissiers-commissaires formés sur la saisie conservatoire de créance

Une série de formations se déroulent depuis ce mercredi à l’Institut national de formation judiciaire Me Demba Diallo ((INFJ) à l’adresse des huissiers-commissaires de justice sur «la saisie conservatoire de créance». Organisée par l’INFJ, en coordination avec l’Ordre des huissiers-commissaires de justice du Mali, cette initiative bénéficie de l’appui de l’Union européenne (UE) à travers le Programme d’appui à la justice au Mali II (PAJM II).

 

L’ouverture de cette session, qui se déroule par visio-conférence, a enregistré la présence du directeur général de l’INFJ, Dr Toubaye Koné, du président de l’Ordre des huissiers-commissaires de justice du Mali, Me Boubacar Namakoro Diallo et du chargé de la mise en œuvre des actions de formation de la composante II du PAJM, Ferdinand Ouedraogo.

Mis en œuvre par «Expertise France» avec l’implication de plusieurs partenaires, notamment l’école nationale de la magistrature française, le PAJM II a pour objectif global de renforcer l’état de droit et de rétablir le lien de confiance avec la justice. Son exécution s’étend du 1er février 2020 au 31 janvier 2023.

Il est prévu, pendant cette période, un « appui à l’organisation et à la délivrance de sessions de formation à destination des huissiers-commissaires de justice ». D’où la tenue de cette rencontre de deux jours, qui vise à appuyer la formation continue de ces acteurs de justice, afin de leur permettre de développer leurs compétences et capacités sur des thématiques spécifiques identifiées sur la base de leurs besoins et préoccupations par l’Ordre des huissiers-commissaires de justice.

Dans son intervention, Me Boubacar Namakoro Diallo a trouvé important le thème de la formation qui permet «le nivèlement de valeurs» de ceux qui étaient commissaires-priseurs. Il a rappelé qu’auparavant, il y avait le corps des huissiers de justice et celui des commissaires-priseurs. Il y a eu ensuite la fusion entre les deux pour donner naissance à un seul corps, celui des huissiers-commissaires de justice.

Pour le directeur général de l’INFJ, l’un des maillons essentiels de notre appareil judiciaire est le corps des huissiers-commissaires de justice. «Ils sont au début et à la fin de toute procédure judiciaire», a indiqué Dr Toubaye Koné. Aujourd’hui, selon lui, l’idée générale est de relever notre justice avec la mise en œuvre du PAJM II. Cette action du gouvernement participe d’une œuvre de modernisation et de perfectionnement de notre appareil judiciaire.

Bembablin DOUMBIA

Source : L’ESSOR

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct