Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Forum de Bamako: la 19e édition s’ouvre demain

La Commission d’organisation du Forum de la Fondation de Bamako était hier face à la presse pour parler de la 19e édition de ce rendez-vous. Le thème principal de cette rencontre internationale qui s’ouvre demain à l’hôtel Salam est ‘’l’immigration’’.

En prélude au lancement officiel des travaux du Forum de la Fondation de Bamako qui se tient du 21 au 23 février, à l’hôtel Salam de Bamako, les organisateurs ont animé une conférence de presse. Elle s’est déroulée à la Maison de la presse, sous la présidence du ministre des Maliens de l’extérieur, Yaya SANGARE. Avec lui au présidium les conférenciers : Moussa Alassane DIALLO, Alioune SALL et Abdoullah COULIBALY.

À l’instar des précédentes éditions, des centaines de sommités du Mali et d’autres pays sont attendues à la rencontre annuelle pour discuter des enjeux de l’immigration, à travers onze sessions.

Selon le Pr Alioune SALL, ces échanges vont porter sur diverses facettes de l’immigration comme l’économie, le dialogue politique entre l’Europe et l’Afrique, le changement climatique, le droit de l’homme.

Déjà M. SALL a estimé qu’il est impossible de mettre fin à l’immigration sans des ressources humaines de qualité. Selon lui, dans ce combat, l’Afrique doit investir sur sa population et non sur ses ressources naturelles : l’or, le coton. « Il n’y pas de développement sans les hommes », a-t-il soutenu.

De son côté, l’ancien président des banques et établissements financiers du Mali, Moussa Alassane DIALLO, s’est réjoui du thème. Selon lui, il s’agit d’une question planétaire et une problématique abordée dans presque tous les grands sommets. Et, pense-t-il, l’Afrique ne doit pas rester en marge de ces débats pour apporter ses contributions. Il a l’espoir que les participants à ces trois jours de travail valideront des réflexions qui puissent servir de politique publique, afin d’apporter une transformation structurelle et donner de la perspective à la jeunesse.

Pour sa part, le ministre SANGARE a déploré qu’à l’heure de la mondialisation que les questions de migrations soient instrumentalisées pour des fins politiques par des politiciens à la recherche d’un éventuel électorat ou des extrémistes de tout bord en quête de boucs émissaires pour déverser leur haine raciale ou le manque d’emplois.

« La migration est l’un des paramètres importants de histoire de l’humanité, un véritablement creuset d’enrichissement culturel et contribue tout simplement à la formation du monde universel… », a déclaré le ministre des Maliens de l’extérieur. Dans ce contexte marqué par des défis migratoires importants liés à de nombreux facteurs, il est fondamental et même un devoir moral et impératif pour la communauté internationale et tous les États de traiter la question migratoire avec humanisme.

« Notre rôle, aujourd’hui, tant qu’acteurs, est de construire des ponts entre les peuples et non des murs. Nos frontières doivent être des points de suture et non de points de rupture », a plaidé le ministre des Maliens de l’extérieur Yaya SANGARE.

Par Sikou BAH

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct