Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Dr Goundiam à la Conférence-débat sur le système éducatif : « La première richesse d’un pays est la discipline »

Lors de la conférence-débat organisée par le Cabinet « Management, Conseil, Comptabilité et Informatique » (M2CI) sur le thème : « Contribution à la refondation du système éducatif malien : quelle école pour quelle finalité », Dr Madi Yassa Goundiam a déclaré que « la première richesse d’un pays est la discipline ».  C’était le 26 juin dernier à l’Hôtel « Les Colibris » de Bamako en partenariat avec le Centre des Métiers African Institutes of Technology (CDM-AITECH).

 

Ce thème d’une actualité brûlante choisi par le Cabinet « M2CI » était animé par Dr Madi Yassa Goundiam, directeur pédagogique du CDM-AITECH. Le conférencier a fait mention des grandes transformations aussi bien dans les pays développés et ceux en voie de développement depuis trente ans, pour adapter les produits du système éducatif aux besoins du marché de l’emploi. Selon lui, le système éducatif doit former des gens pour permettre  leur insertion dans la vie professionnelle. « Le système éducatif est à ajuster parce que le système productif change dans tous les pays », a-t-il fait savoir. Il est même allé plus loin en disant : « Il ne faut pas se tromper, l’école ne crée pas des emplois. C’est le système de développement économique et social qui crée des besoins. Et l’école est censée répondre à ces besoins et  pas autrement. »

Pour mieux adapter le système éducatif malien aux besoins du marché, il préconise une  approche holistique de l’enseignement fondamental à l’enseignement supérieur. « Souvent, il y a des choix à opérer et il ne faut pas hésiter à le faire. Pour sauver un malade, il faut l’opérer », a-t-il lancé. Le directeur pédagogique du CDM-AITECH propose d’augmenter l’investissement public dans la formation. Dr Goundiam est favorable à un partenariat entre l’Etat et le secteur privé dans la conception des programmes de formation professionnelle en relation avec le marché de l’emploi. Selon lui, « l’école du prêt-à-porter, c’est fini. Il faut de l’école sur mesure ». il a appelé à une meilleure considération des formations scientifiques et techniques dans l’amélioration des compétences.

Le conférencier Dr Madi Yassa Goundiam a cité l’exemple de la Chine qui a réussi avec l’appui de la Banque mondiale à procéder à des mutations profondes dans la formation professionnelle pour adapter la formation des jeunes au besoin du marché de l’emploi. La Chine a obtenu des résultats remarquables sur le plan de la compétitivité des entreprises, a-t-il annoncé.

Selon lui, l’un des problèmes dans ce pays est l’instabilité gouvernementale. Ce qui ne permet pas de poser les bases d’un développement durable, a-t-il ajouté en appelant à prioriser des secteurs comme l’agriculture, la transformation des ressources minières et des infrastructures. Dr Goundiam avertit : « Il faut la présence de l’Etat et la discipline. Car  la première richesse d’un pays pour moi, c’est la discipline ».

Au cours de cette conférence d’importantes personnalités présentes ont fait des contributions pour enrichir le débat. Tout en saluant l’initiative, Pr Abderhamane Touré, professeur de droit à la retraite, a fait remarqué qu’il y a un problème de gouvernance dans le système éducatif. A en croire Souleymane Goundiam, ancien secrétaire général du ministère de l’Education nationale, tout n’est pas mauvais.

Boubacar Diarra

Source : Le Challenger

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct