Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Démocratie au Mali : « les aspirations profondes du peuple n’ont pas été comblées »

26 mars 1991-26 mars 2021, il y a trente ans, le Mali optait pour la démocratie, suite à une révolution populaire parachevée par les militaires. Après trente années de pratique démocratique, des acteurs du mouvement démocratique ainsi que des membres de la société conviennent que des acquis ont été enregistrés. Toutefois, ils estiment que des défis importants, sont à relever, tels que la lutte contre l’impunité et la mauvaise gouvernance entre autres. Selon eux les «fortes attentes» des Maliens, aujourd’hui, résident essentiellement dans la refondation du pays.

 

En trente années de démocratie, le Mali a connu plus de coups d’état que d’alternance. Le pays est, depuis près de 10 ans confronté dans une des plus graves crises de son histoire. Pour Ibrahima Kébé membre de l’Association Faso Kanu, une organisation de la société civile, les vraies aspirations profondes des Maliens ne sont pas prises en compte après 30 ans de démocratie. « Jusqu’à preuve du contraire, les Maliens ont soif de la vraie démocratie et du développement » Même s’il reconnaît que des acquis ont été enregistrés, M.Kébé, pense que « la gestion politique a été gangrénée par la corruption, le népotisme et la gabegie ». Des maux qui ont pourtant été les éléments déclencheurs de la révolution de mars 1991, martèle-t-il.
Maître Mountaga Tall, président du parti CNID-Faso-Yiriwaton est un des acteurs majeurs de la lutte démocratique Mali. Il estime que les principales dérives de l’ère démocratique découlent de la mauvaise gouvernance. « Les élections n’ont jamais été bonnes au Mali, la corruption que nous avons combattue de toutes nos forces n’a pas permis d’atteindre les objectifs », souligne l’avocat qui affirme que les responsabilités sont partagées entre la classe politique, la société civile et les militaires. Selon lui, il est urgent de refonder le Mali à travers des assises nationales de la refondation.
L’homme politique et l’acteur de la société civile conviennent que tout n’a pas été négatif. Selon eux, des acquis sont à préserver. Et les défis actuels du pays ne doivent pas faire perdre cela de vue.

Pour des observateurs, après trente ans de démocratie, le bilan reste « mitigé ». Certes, la démocratie est en marche au Mali, toutefois, d’énormes défis restent à lever. Il s’agit notamment des insuffisances liées au système éducatif et judiciaire.

Source : STUDIO TAMANI

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct