Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

CYBERCRIMINALITE AU MALI : 100 magistrats s’approprient la législation

Le Syndicat autonome de la magistrature, sur un financement de l’Autorité malienne de régulation des télécommunications et des postes, a organisé, le mardi 22 juin 2021, au gouvernorat du District de Bamako, un atelier de formation à l’intention de 100 magistrats sur l’application harmonieuse de la loi n°2019-056 du 5 décembre 2019 portant répression de la cybercriminalité au Mali.

La cérémonie d’ouverture de cette formation de 3 jours était présidée par le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des sceaux, Mahamadou Kassogué. C’était en présence de plusieurs de la famille judiciaire et des responsables de l’AMRTP.

L’organisation de cet atelier d’échanges permettant aux professionnels du droit de confronter leurs connaissances, leurs expériences et de partager les meilleures approches afin de faciliter l’application harmonieuse de la loi n°2019-056 du 5 décembre 2019 portant répression de la cybercriminalité au Mali résulte d’un constat selon lequel « la cybercriminalité, à travers les réseaux sociaux, est devenue aujourd’hui un phonème au centre des préoccupations de nos concitoyens, car elle est quotidiennement une source d’insécurité pour ceux-ci pour la préservation de leur honneur, leur dignité, leurs biens ou même leur vie ».

Et « l’usage des réseaux sociaux à des fins d’attaques personnelles, de propagande, de provocation ou d’intimidation est monnaie courante dans notre pays et n’épargne personne, quel que soit le rang social ».

Pour le ministre de la Justice, Mahamadou Kassogué, les pouvoirs publics se doivent d’engager une lutte implacable contre cette nouvelle forme de criminalité par une réponse judiciaire adéquate qui passe par la maîtrise des instruments juridiques.

« Notre pays n’est pas en reste de ce mouvement universel à la recherche de réponses juridiques et judiciaires appropriées », a déclaré le Garde des sceaux.

Aussi, a-t-il fait savoir, la complexité et la spécificité du phénomène ont amené le législateur malien à adopter la loi n°2019-056 du 5 décembre 2019 portant répression de la cybercriminalité.

« Force est de reconnaître que cet instrument juridique a fait évoluer énormément les concepts en retenant une gamme variée de comportements ne tombant sous le coup ni du Code Pénal ni de la loi n°00-046 AN/RM du 7 juillet 2000 portant régime de la presse et délit de presse. Dès lors, la remise à niveau, à travers la formation continue des praticiens du droit, notamment les magistrats, était devenue une nécessité absolue », renchéri-t-il.

Par ailleurs, souligne le ministre de la Justice, une magistrature moderne et efficace passe par des professionnels bien formés et respectueux des règles de la déontologie et de l’éthique. Lire la suite sur aumali…

 

Y. Doumbia

 

Source: l’indicateur du renouveau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct