Au cimetière d'Hamdallaye: ATT dans sa dernière demeure

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

COUP DUR POUR IYAG AG GHALI ET LE GSIM : LE COLONEL BAMOUSSA DIARRA   SERAIT TUE  SUITE  A UNE FRAPPE   ATTRIBUÉE A BARKHANE  

Surnommé ‘’Abou Charia’’  au sein du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans(GSIM) d’Iyad Ag Ghali, le Colonel Bamoussa Diarra  ou encore Ba Ag Mossa    serait mort dans une  frappe   attribuée aux forces françaises.  Il serait l’un des trois occupants  du véhicule pick up totalement calciné  suite à des frappes aériennes  survenues  à  Tidermene.   En trente (30)  ans  de  carrière militaire,  Bamoussa   Diarra   a retourné l’arme contre son pays durant  quatorze (14) ans.  Si  plusieurs  sources confirment la mort de celui qui est   qualifié d’être  l’aide de camp d’iyad Ag Ghaly, le GSIM ne s’est pas encore prononcé  là-dessus.

La traque contre le sanguinaire terroriste aura duré  en tout 8 ans  soit depuis 2012  où il  a   déserté pour la seconde  et la dernière fois l’armée pour rejoindre Iyad Ghali.    Il est attribué  au colonel déserteur  plusieurs attaques meurtrières contre l’armée mais aussi à l’encontre des personnes civiles.  Lors de l’invasion djihadiste dans les régions du Nord et aux côtés d’iyad Ag Ghali,  Ba Ag Mossa   DIARRA  était le meneur  de troupes au compte d’Ançardine    pour occuper  plusieurs   localités. Il conduisait d’ailleurs   le front  lors de la progression des radicaux vers Diabaly    dans la région de Ségou. L’homme a surtout fait parler de lui lorsque pour la première fois  l’année dernière l’Armée Malienne l’avait accusé  d’avoir orchestré  l’attaque contre  une position des Famas à Djoura le 17 mars 2019.

Si cette attaque a fait une vingtaine de morts,  Ba Ag Mossa    a orchestré  plusieurs autres  dans les localités du centre et du nord du pays. Il lui est attribué notamment des attaques contre    l’armée  en 2012 à Ménaka, à Aguelhok, à Tessalit  ainsi  qu’à Kidal.   Celui-ci a été formé à l’art de  la guerre  en Libye, a également perpétré des attaques contre l’armée malienne et des populations civiles à Nara, Diabaly et Niono. En 2020, il est soupçonné d’avoir dirigé l’embuscade de Bouka Weré  dans le cercle de Niono. Le  17 Mai dernier,   des éléments de BA Ag Mossa  parmi lesquels figurait  son  fils    avaient tenté d’enlever un véhicule   à  Ménaka comme pour dire que  le banditisme est dans son sang.

L’homme qui  aurait   été éliminé  au cours de cette frappe aérienne  survenue le 10  novembre  a intégré l’armée malienne     en 1996 après avoir milité en tant que  rebelle  pendant 6 ans. 10 années plus tard (…)

Par Mahamane TOURE

NOUVEL HORIZON

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct