Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

CNJ-Mali: la conférence nationale extraordinaire fixée au 1er mai

La conférence nationale extraordinaire du Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJ-Mali) se tiendra le 1er mars à Bougouni, selon une lettre du ministère de la Jeunesse et des sports. Une décision contestée par certains jeunes au motif qu’elle viole les textes de leur organisation.

Rien ne va plus au sein du CNJ-Mali depuis quelques mois. Mais la situation s’est détériorée davantage avec la désignation Amadou DIALLO comme membre du Conseil national de Transition (CNT) alors qu’il reste toujours à la tête de l’organisation faîtière des jeunes.
Face à la situation, des membres du bureau et des démembrements du CNJ ont obtenu le quorum de 2/3 pour convoquer une conférence nationale extraordinaire comme le stipule les textes. « Après avoir obtenu le quorum, nous avons saisi le ministère de la Jeunesse et des sports pour que nous puisons aller à cette conférence. Donc, la décision n’est pas du ministre », a expliqué Mahamane Ibrahim TOURE, membre du bureau exécutif du CNJ. Selon lui, c’est la seule alternative pour mettre fin à cette double fonction du Président Amadou DIALLO.
« Avant de prendre la décision, nous lui avons demandé de faire un choix entre la présidence du CNJ et le poste au CNT. Mais, notre demande n’a reçu de réponse », a souligné le jeune TOURE.
Et selon une source, c’est conformément à la requête des membres du bureau exécutif et d’autres membres du CNJ que le ministère a décidé de prendre sa responsabilité pour organiser une conférence nationale extraordinaire. Ainsi, elle se tiendra le 1er mars prochain à Bougouni. L’objectif de la rencontre est d’unifier la jeunesse et de mettre en place un Comité exécutif national consensuel et unitaire.
Alors que certains saluent la décision, d’autres qui crient au scandale et à l’immixtion des politiques dans la gestion du Conseil national de la jeunesse du Mali. Pour ces derniers, la décision est une violation flagrante les articles 31, 32, 33 et 34 des statuts issus du congrès ordinaire de Koutiala de 2019.
De même, ils soutiennent que la conférence nationale ordinaire ou extraordinaire n’aurait pas pour vocation de mettre en place un bureau du Comité Exécutif National. Seul le congrès est habilité à le faire, donc pas une conférence nationale ordinaire ou extraordinaire.

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct