Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Amadou Toumani Touré : L’homme du passage de témoin et du come-back

Quand le général à la retraite, Amadou Toumani Touré (ATT), candidat indépendant, arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle malienne du 28 avril 2002, avec 28,71% des voix, avait passé, dix ans plus tôt, le 8 juin 1992, le témoin au président démocratiquement élu, Alpha Oumar Konaré, il était entré dans l’Histoire. Et, quand il finit par réaliser un come-back en politique, après avoir remporté, le 12 mai 2002, le 2ème tour avec 65,01%, il s’est installé dans l’Histoire.

Son départ du pouvoir, en dépit des pressions pour qu’il reste, a laissé aux Maliens l’image d’un militaire qui a su tenir parole, après avoir mis fin au régime d’un autre porteur d’uniforme, le général Moussa Traoré emporté par un mouvement populaire le 26 mars 1991. “Si j’étais resté, j’aurais triché. Si je m’étais présenté aux premières élections, j’aurais faussé le jeu”, avait confié le général ATT dans un entretien à un journal panafricain pour expliquer les raisons de son départ du pouvoir.

L’homme, qui avait ainsi quitté les fonctions de chef de l’État, est né le 4 novembre 1948 à Mopti. Initialement formé comme maître de l’enseignement fondamental, en 1966, il a intégré, par la suite, l’Armée en 1969 après un concours d’admission à l’École militaire interarmes de Kati, à 15 km de Bamako. Il a grimpé très vite les échelons mais des évènements historiques qui mirent à l’écart de nombreux responsables de l’Armée ne furent pas sans effet sur sa carrière.

Le jeune militaire du camp des commando-parachutistes de Djikoroni a surtout bénéficié des avantages de ses formations effectuées à l’École supérieure des troupes aéroportées de Riazan, en ex-URSS et au Centre national d’entraînement commandos de Mont-Louis, en France. En 1978, il a obtenu ses galons de capitaine et est devenu, le 28 février 1981, le commandant de la garde du président Moussa Traoré. Monté au grade de commandant, Amadou Toumani Touré obtint, du coup, le commandement du bataillon des parachutistes en 1984. C’est de la direction de ce bataillon que le commando parachutiste est allé en 1989 se perfectionner à Paris, à l’École supérieure de guerre interarmées.

Revenu au Mali le 8 décembre 1990, Amadou Toumani Touré, longtemps resté sans poste, retrouvera le 11 mars 1991, le commandement de son bataillon d’origine. Deux semaines plus tard, les bérets rouges, avec à leur tête, Amadou Toumani Touré, renversent le régime du général Moussa Traoré. ATT, comme on l’appelle, dorénavant, devient le président du Comité de réconciliation nationale (CRN), structure qui regroupe les auteurs du coup d’État de mars 1991.
Le CRN fusionnera plus tard avec le Mouvement démocratique pour former le Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP) avec, à sa tête, ATT qui devient aussi chef de l’État.

En tant que responsable du camp-para de Djikoroni, il a vu passer presque tous les grands détenus et contestataires politiques du Mali mais assure les avoir «traités avec respect et dignité» et gardé le contact avec certains.
ATT est présenté comme étant à la base de la naissance dans les années 80 d’un mouvement démocratique au sein de l’Armée malienne qui a toujours cherché une adhésion populaire à tout projet de changement politique au Mali. C’est le mouvement démocratique de 1990 à 1991 qui a favorisé les conditions de maturation de cette adhésion populaire au changement politique, soutiennent les observateurs.

L’homme, après le coup d’État de mars 1991, mit 15 mois pour réaliser la transition politique qui a conduit à la proclamation du multipartisme intégral, l’organisation de la Conférence nationale, l’organisation des élections et la signature du Pacte national mettant fin à la rébellion au Nord du Mali.

Après sa sortie de l’arène politique, redevenu simple citoyen en 1992 et élevé au grade de général d’armée, par la suite, ATT a déclaré éprouver le besoin de relever un autre “défi” : «travailler à la consolidation des processus démocratiques en Afrique» et, depuis 1992, il s’est consacré à la promotion de la démocratie et à des missions de bons offices dans des conflits armés en Afrique. Il a beaucoup œuvré pour la résolution de la crise centrafricaine. Parallèlement, il était engagé dans des actions humanitaires, notamment la lutte contre le ver de Guinée avec l’aide de la Fondation Carter. Il a, en outre, créé une Fondation pour l’enfance œuvrant dans la réduction de la misère.

Le 5 septembre 2001, il a sollicité du président Alpha Oumar Konaré la retraite anticipée «pour convenance personnelle» et l’a obtenue, le 20 septembre, pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle, conformément aux dispositions constitutionnelles, exigeant de tout militaire, qui veut briguer un mandat politique, de démissionner six mois avant l’élection.

Motivé par le soutien enthousiaste de nombreux associations et clubs de supporters au Mali et à travers le monde, de plusieurs partis politiques tels l’Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain (US RDA), le Mouvement pour l’indépendance, la renaissance et l’intégration africaine (MIRIA), le Bloc démocratique pour l’intégration africaine (BDIA), le Mouvement pour la solidarité et le progrès (MPSP) et entre les deux tours, par le Parti pour la renaissance nationale (PARENA), le général, qui a été un élève d’Alpha Oumar Konaré à l’École normale secondaire, a finalement succédé à son ancien professeur.

ATT, qui s’apprêtait à quitter le pouvoir, a été victime en mars 2012, d’un coup d’État militaire, dans un contexte marqué par des actions des hordes terroristes et indépendantistes dans le Nord du Mali. Il est revenu, triomphalement à Bamako, en décembre 2019, après un exil au Sénégal.
Le général d’armée ATT était marié et père de deux filles.

Moussa DIARRA

Source: L’ Essor- Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct