Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

VBG : les experts en conclave à Bamako

La réunion sous-régionales sur le rôle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la réponse sanitaire en matière de violences à l’égard des femmes et des filles dans les situations d’urgence en Afrique de l’Ouest s’est tenue, du 30 à avril au 02 mai 2019, au Grand hôtel. Pendant trois jours, les participants ont renforcé leurs compétences, en matière de prévention des violences faites aux femmes et des soins apportés aux victimes de violences du partenaire intime ou abus sexuel.

La vulnérabilité à la violence est disproportionnée chez les femmes et les filles dans les situations humanitaires lors des déplacements de population et même dans les périodes de relèvement étaient au centre desdites assises.

En campant le décor, le Dr Aboubacar DISIBE a indiqué que cette réunion sous régionale s’inscrit dans le cadre de l’appui technique de l’OMS aux pays en vue de renforcer les capacités des prestataires de service de santé et la coordination multisectorielle afin d’assurer une réponse holistique centrée sur le besoin de survivantes. Ces Journées ont pour objectif de réunir les pays les plus affectés par les urgences de l’Afrique de l’Ouest et du centre autour de la thématique des violences faites aux femmes et aux filles dans les situations humanitaires peu favorables, afin d’arriver à une compréhension commune de ce phénomène, a-t-il dit, avant de révéler que les nouvelles lignes directrices et stratégiques à la réponse du secteur de santé en cas de violences sexuelles ou conjugales à l’encontre des femmes qu’a publiées l’OMS ont permis d’identifier les éléments clés de la réponse du secteur médical et formuler plusieurs recommandations relatives à la prestation des soins.

Ces recommandations, a-t-il précisé, doivent être adaptées au contexte local et à la disponibilité des ressources humaines, financières et autres.

« Le secteur de la santé doit, non seulement contribuer à la prévention des violences faites aux femmes, mais aussi, arriver à l’identification de celles qui sont en danger avant que la violence ne s’intensifie ; apporter des soins d’urgence, réduire les conséquences négatives des violences aux femmes sur la santé et aider les victimes à bénéficier des services juridiques et sécuritaires », a-t-il suggéré.

PAR CHRISTELLE KONE

Source: info-matin.

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct