Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Transition: le défi à relever

L’ouverture, lundi dernier, de la session ordinaire d’avril du CNT, a consacré la reconnaissance internationale de cet organe législatif de la transition. Elle a eu lieu, en effet, en présence des ambassadeurs accrédités au Mali. Qui plus est les présidents des parlements du Burkina Faso, du Togo, du Ghana (ce dernier pays assurant la présidence en exercice de la CEDEAO) étaient physiquement présents et lui ont apporté leur soutien et accompagnement.

Le 8 mars précédent, lors de sa deuxième réunion à Lomé, sous les auspices du président Faure Eyadema, le Groupe de suivi et de soutien à la Transition au Mali (GST-Mali) comprenant l’Union Africaine, son initiatrice, la CEDEAO et l’ONU, avait porté une appréciation globalement positive sur le processus en cours dans notre pays. Se réjouissant au passage du  » parachèvement de la mise en place des organes de la Transition à travers celle du CNT dont le rôle est crucial pour l’adoption des réformes attendues « .  Ajoutant  que  » le fonctionnement de l’ensemble des organes de la Transition est un gage non négligeable de la réussite du processus en cours « .

Une semaine auparavant, c’est le président du parlement de la CEDEAO, l’Honorable Sidie Mohamed Tunis, à la tête d’une délégation en séjour à Bamako, qui s’exclamait devant le président du CNT, colonel Malick Diaw, en ces termes :  » Le CNT est un organe de la Transition reconnu par la communauté internationale. J’affirme solennellement ici que ceux qui continuent à contester sa légitimité se trompent « .

Enfin le 18 février 2021, une délégation du Comité interparlementaire du G5-Sahel (CIP-G5 Sahel) se trouvait dans la capitale malienne pour exprimer sa  » solidarité  » avec le CNT, sa disponibilité à  » l’accueillir  » au sein de cette institution et pour  » accompagner le Mali dans sa quête de renouveau démocratique « .

Cette consécration de la reconnaissance de l’organe législatif de la Transition par les partenaires sous-régionaux, régionaux et internationaux du Mali intervient dans un contexte sécuritaire particulièrement critique. Depuis plusieurs  semaines, l’on observe une offensive généralisée des organisations terroristes les plus nuisibles comme si, surmontant leurs rivalités, elles se sont entendues pour donner l’assaut final contre le pays. Pendant que l’Etat islamique multiplie les attaques meurtrières contre les FAMA et leurs alliés dans « la zone des 3 frontières « , le GSIM tente de prendre pied dans le sud du pays avec l’espoir de le transformer en un espace de désordre, de mort, de désolation, à l’image de ce qu’est devenu le centre sous sa férule.

La région de Sikasso, qui semble singulièrement visée, est un poumon économique du pays car fournissant les deux tiers de sa production cotonnière. Elle abrite aussi le plus grand nombre d’usines après Bamako. Elle est enfin un important carrefour commercial et de transit entre le Mali, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée. Pour toutes ces raisons elle ne doit pas tomber aux mains des djihadistes. Ni même être sous leur contrôle partiel. Le Mali ne s’en relèverait pas et ses voisins en pâtiraient.

Aussi  le moment est-il venu pour tous les Maliens « qui ont souci du Mali  » – pour emprunter le vocable à l’ex-président IBK- de mettre fin  » à ce qui (les) divise pour s’accorder autour de ce qui les unit  » comme aimait bien à dire le poète-président Senghor. Dans cet esprit, le comité d’orientation stratégique, conçu par le Premier ministre Moctar Ouane et créé par le président Bah  Ndaw, offre un cadre idoine à toutes les forces politiques et sociales, y compris le noyau dur du M5-RFP qui continue à résister au  » coup d’Etat du 18 août 2020 « , pour l’élaboration de réformes consensuelles pour jeter les bases d’une nouvelle république malienne où il fera bon vivre.

Cela n’est toutefois possible que si le Comité d’orientation stratégique est en phase avec le CNT. C’est le défi à relever.

Saouti HAIDARA

Source : l’Indépendant

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct