Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Spécial supplément, Assises nationales de la refondation : Les recommandations des communes…

La prolongation de la durée de la transition, la relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, la révision de la Constitution de 1992, la création d’un organe unique de gestion des élections, la diminution ou la suppression du financement des partis politiques sont notamment des propsitions faites par les délégués qui ont participé aux Assises nationales de la Refondation (ANR) dans les communes

 

Les recommandations formulées par les communes de l’intérieur et du District de Bamako lors des travaux des Assises nationales de la refondation portent sur le redéploiement des forces de défense et de sécurité sur toute l’étendue du territoire ; la sécurisation des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national avant la tenue des élections ; la prolongation de la durée de la Transition ; l’accélération du processus de Démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR). Faire la relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger; diminuer le nombre des Institutions de la République; réviser la Constitution font aussi partie des points retenus par les participants.

D’autres propositions ont trait à la limitation du rôle de la Cour constitutionnelle dans la proclamation des résultats des élections , l’accélération de la création d’un organe unique de gestion des élections , la réduction du nombre des partis politiques à trois grands regroupements, la suppression du financement des partis politiques. Sans oublier la relecture de la Charte des partis politiques.

En outre, procéder par appel à candidature pour les postes de directeurs nationaux et assimilés; dépolitiser les postes des cadres de l’administration et instaurer un plan de carrière; revoir la qualité des recrutements et appliquer le licenciement après avis de conseil de discipline; réviser les salaires en fonction de ceux de la sous-région et revoir le système de création de statuts particuliers sont d’autres propositions formulées par des délégués dans les différentes communes du pays.

Ils ont également mentionné l’organisation d’un forum national sur l’éducation pour éplucher et solutionner tous les problèmes que rencontre notre système éducatif et la suppression de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM).
Aussi, des participants ont-ils demandé la mise en place d’une commission d’enquête morale avant la nomination des juges, la création d’un Haut conseil des légitimités coutumières et traditionnelles, dénommé «Dougoutiguiblon» en bamanankan; la prise en charge des soins de santé des autorités traditionnelles. S’y ajoute la mise en place d’un seul et unique organe unique de gestion des Maliens établis à l’extérieur.

Plus spécifiquement, à Niafunké, les populations ont insisté sur l’achèvement des travaux de construction de la route Tombouctou-Gomakoura. Dans la Commune de Bankass, les participants ont recommandé la réouverture de toutes les écoles fermées dans le cercle. à cela s’ajoutent le retour des déplacés et de l’Armée dans le cercle; la sécurisation de la Route nationale (RN15) et l’application de l’article 39 pour apaiser le front scolaire.
La Commune de Bla a recommandé, notamment de supprimer la Haute cour de justice et le Haut conseil des collectivités; de procéder par appel à candidature pour les postes de directeurs nationaux et assimilés; de revoir la Fonction publique et faire en sorte que le fonctionnaire puisse être licencié, s’il ne donne pas le rendement attendu de lui ou pour faute grave, y compris les juges.

À Diéma, les participants aux ANR ont demandé la création d’un camp militaire dans le Cercle pour renforcer la sécurité; la mise à la disposition des Collectivités territoriales des ressources matérielles, financières et humaines pour un transfert définitif; l’accélération de l’opérationnalisation des nouvelles régions. Dans la Commune de Bankass, les participants ont recommandé la réouverture de toutes les écoles fermées dans le cercle, le retour des déplacés et de l’Armée dans le cercle, l’application de l’article 39 pour apaiser le front scolaire et la prolongation de la durée des assises.
À Dioïla, les délégués aux ANR ont insisté sur l’adoption d’un État unitaire, la restauration d’un système de suivi évaluation avant toute nomination, le suivi-évaluation des responsables de l’administration dans la gestion des affaires publiques.
Massa SIDIBÉ

…AUSSI DES CERCLES

Dans les cercles, les participants aux Assises natinales de la refondation (ANR) ont globalement recommandé la prolongation de la Transition même si la durée varie d’un cercle à un autre ; la révision de la Constitution du 25 février 1992 pour prendre en compte les réformes politiques et institutionnelles. À Gao, les délégués aux Assises ont demandé l’accélération du processus de DDR et souhaité qu’une attention particulière soit d’accordée aux préoccupations locales, notamment la sécurité alimentaire (homme et bétails).

À Yorosso, l’une des recommandations phares est la suppression de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM). Alors que les participants à Bankass ont demandé la sécurisation de la route nationale 15 (RN15), le désarmement de toutes les milices, le retour des déplacés. Ils ont aussi proposé que les communes soient érigées en cercles.

Pour le Cercle de Diré, les recommandations ont pour noms : Engager des pourparlers avec les chefs des groupes terroristes Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa, corriger les problèmes liés aux cartes NINA. Et à Koulikoro, il a été proposé l’insertion de la Charte de Kurukan Fuga dans le préambule de la Constitution du Mali, la révision du mode de désignation des membres de la Cour constitutionnelle et ramener tous les fonctionnaires dans le statut général de la Fonction publique.

Les participants au niveau du Cercle de Kita ont recommandé l’amélioration de la gouvernance, de la qualité de la justice et de l’éducation. Ceux du Cercle de Dioïla, ont souhaité l’organisation des assises nationales sur l’éducation et la santé, la relecture du statut des élus communaux.

Dans le cercle de Banamba, les recommandations phares sont le désarmement de tous les groupes armés, l’adoption d’une approche plus offensive dans la lutte contre l’insécurité, la réduction des pouvoirs du président de la République. Et au niveau du Cercle de Ségou, elles portent sur l’interdiction de l’esclavage sous toutes ses formes, le retour des déplacés internes et des réfugiés, le raffermissement des liens de collaboration entre le Mali et la communauté internationale.

Kangaba a proposé la réduction du nombre des partis politiques à trois grandes formations. Alors que Bla a recommandé le rétablissement de la stabilité avant les élections, la création d’une unité spéciale d’intervention à Bla et l’instauration du système syllabique comme l’unique système éducatif dans l’enseignement public au Mali.

Dans le Cercle de Goudam, les participants ont recommandé le recrutement massif d’agents de défense et de sécurité, l’occupation de toutes les bases abandonnées, la fin de la culture du sentiment d’exclusion. Et dans le cercle de Koro, les recommandations sont: assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, réaliser les travaux de l’axe routier Koro-Bondo-Dioungani-Dinangourou-Yoro, assurer la sécurité alimentaire, ériger le Cercle de Koro en Région. Les populations de Kadiolo ont aussi proposé que leur Cercle soit érigé en Région, en plus du rétablissement de l’autorité de l’État et l’amélioration du système judiciaire.

Les participants du Cercle de Kayes ont adopté des recommandations parmi lesquelles le bitumage des routes (Bamako-Bafoulabé-Kayes ; Sadiola-Kenieba ; Kayes-Aourou-Kiffa) et la réhabilitation des axes Bamako-Kayes-Dakar et Kayes-Yélimané, sans oublier l’aménagement des pistes rurales. Dans le cercle de Mopti, les recommandations sont la réduction des Institutions à six, la limitation des prérogatives de la Cour constitutionnelle, la valorisation des chefs coutumiers, la dépolitisation de l’école…

Au nombre des recommandations faites à Niono, il y a la dépolitisation de l’Armée et de la justice, la promotion de l’entrepreneuriat jeune par la création de Petites et moyennes entreprises (PME), la réduction de l’âge à la retraite, l’instauration de la sécurité. à Tominian, les participants ont demandé la réalisation de la maquette du monument Bazani Théra à Tominian, d’une adduction d’eau au Lycée public de Tominian et l’amélioration des critères de sélection des médaillés de la Nation.

Issa DEMBÉLÉ

Source : L’ESSOR

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct