Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Soudan : des étrangers auraient été intégrés parmi les milices

Au Soudan, des interrogations ont commencé par émerger sur les réelles origines de ceux qui composent les milices. Ces éléments d’une unité paramilitaire soudanaise, la Force de soutien rapide (RSF) ont fait parler d’eux ces derniers temps dans le pays suite aux derniers événements. En plus de l’extrême violence aveugle, des tueries qui les caractérisent, une publication de la Radio Française (RFI) indique que des expatriés ont été identifiés au sein de cette force. Ces milices qui sèment la terreur à Khartoum ont à leur tête, le général Mohammed Hamdane Daglo « Hemetti », numéro deux de la junte, le Comité militaire de transition (TMC).

« Ce ne sont pas des Soudanais »

Selon les confidences qui ont été faites par certains Soudanais sur les éléments de cette force, plusieurs indices prouvent qu’ils ne sont pas des autochtones. Parmi ces éléments, figure, la langue qu’il parle.  « Ce n’est pas l’arabe soudanais. Je sais, je connais les accents. Ils ne parlent pas arabe comme nous. Leur arabe est proche de celui du Niger, du Tchad et du Mali. Ce ne sont pas des Soudanais » indique à nos confrères de Rfi Sarig Ali Sarig un participant à une manifestation réprimée par ces forces.  « On avait organisé une marche. Ils ont ouvert le feu. Je leur ai parlé. Ils ne me comprenaient pas. Je suis linguiste. Je les entends parler. » a-t-il ajouté. En faisant référence à une vidéo qui a circulé sur le réseau social Twitter, l’attention a été attirée sur un élément de cette force qui affirme être d’origine tchadienne alors qu’il était en uniforme des FSR. « Je suis Tchadien. Maintenant, je suis au Soudan… » affirmait-il dans la vidéo.

Source: lanouvelletribune
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct