Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Situation sécuritaire du Mali : ‘’Waati Sera’’ alerte la diplomatie française.

Suite à la dégradation de la situation sécuritaire ces derniers temps au Mali, le Mouvement ‘’ On a tout compris Waati Sera’’ a animé un point de presse afin de dénoncer une fois de plus l’ingérence étrangère dans la politique malienne depuis un certain temps. C’était le jeudi 8 février dernier à la Bourse du travail.

C’est en collaboration avec le Mouvement ‘’Debout sur les Remparts’’ et avec la présence d’un Mouvement panafricain comme Union-Dignité-Courage (UDC) que ‘’Waati Sera’’ a sonné l’alarme quant à la situation sécuritaire de notre pays. Une conférence au cours de laquelle, les acteurs du mouvement ont mis en garde la politique étrangère notamment celle de la France au Mali.

« Nous tenons à rappeler qu’au lendemain de notre 1er Sit-in du 3 aout 2017, nous avons formulé une exigence à l’attention de la diplomatie française de nous expliquer clairement ce qu’elle entend par son concept « Nord Mali », indiqué dans son communiqué ; mais force est de constater d’une part, son silence diplomatique et d’autre part son bavardage militaire sur le terrain » explique-t-ils dans leur déclaration

Pour le mouvement On a tout compris ‘’Waati Sera’’, la situation reste la même malgré les nombreuses mises en garde tant à l’endroit de la France qu’au côté de nos gouvernants : « la situation reste toujours inquiétante, en témoignent les multiples attaques survenues ces derniers temps et de leurs cortèges de malheurs : morts d’homme, braquages, viols, dégâts matériels » déclare un des portes parole du mouvement.

Selon les membres du mouvement, à chaque fois que le concept Nord-Sud a été utilisé dans l’histoire, il s’en est suivi des velléités sécessionnistes. Ainsi, ils rappellent les cas du Congo, du Biafra, du Soudan, de la Corée, de l’Inde et le cas actuel du Cameroun  qui sont assez édifiants.

Selon Adama Ben Diarra porte-parole du mouvement, face à l’urgence de la situation et à la nécessité d’action, il ne reste qu’à la jeunesse malienne une seule solution : « Prendre le taureau par ses cornes ». Raison pour laquelle, il informe que le mouvement à un plan d’action pacifique jusqu’au 25 mars 2018 à minuit ‘’date butoir d’une autre phase de lutte’’ « Nous avons compris que maintenant Koulouba n’a plus la solution à notre problème même si Koulouba et les 16 mille hommes étrangers font partie de nos problèmes » regrette ‘’Waati Sera’’.

 Amadou Kodio

 

Par La Lettre du Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct