Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Semaine nationale de vaccination : POUR UN ACCÈS ÉQUITABLE AUX VACCINS

La 8è édition de la Semaine africaine de vaccination (SVA) a été célébrée du 24 avril au 1er mai. Cependant, pour des raisons de calendrier, la Plateforme de la fédération nationale des associations de santé communautaire (FENASCOM) et des organisations de la société civile pour l’accès et l’équité aux vaccins et à la vaccination a organisé en différé, la Semaine nationale de la vaccination, du 6 au 12 juin derniers sur le thème : «Rôle et responsabilité de la Plateforme FENASCOM des OSC pour l’accès et l’équité aux vaccins et à la vaccination».

Le président de la Plateforme, Yaya Zan Konaré, le chef de la section immunisation à la direction nationale de la Santé, Famoussa Konaté et Mme Diallo Assa Diakité, membre de la Plateforme étaient face à la presse, le week-end dernier au siège de la FENASCOM à N’Torokorobougou, pour expliquer les grandes lignes de cette semaine de vaccination.
Pour Yaya Zan Konaré, la vaccination est un élément essentiel et reconnu du paquet minimum d’activités (PMA) des centres de santé communautaire (CSCOM). Elle vise à promouvoir l’utilisation des vaccins pour protéger les personnes de tout âge contre certaines maladies. Et le conférencier d’expliquer que la vaccination qui permet de sauver des millions de vies, est aussi reconnue comme l’une des interventions sanitaires les plus efficaces et les moins coûteuses. Il a ajouté que toute stratégie jugée efficace pour améliorer la couverture vaccinale doit prendre en compte plusieurs facteurs à différents niveaux de la pyramide sanitaire.
Dans le but de contribuer aux efforts de l’Etat pour la commémoration de la SVA, la Plateforme a décidé de consacrer une journée à la situation vaccinale pour contribuer à la gestion des vaccins et à la mise en œuvre de la vaccination au Mali. Il ressort des explications fournies par Yaya Zan Konaré que notre situation sanitaire se caractérise par la persistance des maladies infectieuses et parasitaires avec un niveau encore élevé de morbidité et de mortalité chez les femmes et les enfants. Or la plupart des maladies meurtrières ou handicapantes sont évitables par la vaccination, maintenant à portée de main. «La conférence nous donne l’occasion de renouveler notre engagement auprès du gouvernement dans la poursuite de la mise en œuvre des activités de vaccination pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), à l’horizon 2030» relève-t-il.
Enfin, le conférencier principal a remercié le gouvernement pour son engagement, sa disponibilité et son soutien constants en faveur de la promotion de la vaccination. Famoussa Konaté, un autre conférencier, a révélé qu’en Afrique, un enfant sur 5 ne reçoit toujours pas des vaccins auxquels il a droit. Il pense que le respect du calendrier vaccinal et les messages sur les maladies évitables par la vaccination doivent être véhiculés par les journalistes.
Quant à Mme Diallo Assa Diakité, elle a précisé que 13 maladies évitables par la vaccination sont prises en charge par le Programme élargi de vaccination (PEV) de routine, lancé le 11 décembre 1986. Elle a enfin déclaré que 10.362 centres de santé communautaire et 70 centres de santé de référence sont fonctionnels dans notre pays. En plus de la conférence de presse, une table ronde sur l’ORTM et des animations à grand public sont des activités programmées pour la Semaine nationale de la vaccination. Si l’Etat a produit 700.000 cartes de vaccination en 2017, il alloue, par contre, 3,50 milliards de Fcfa par an aux vaccins.
Sidi Y WAGUÉ

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct