Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Réunion des ministres en charges de l’énergie et des finances des (6) Etats membres de la CEDEAO: L’accès des populations à une électricité fiable et à moindre coût

Après la réunion des ministres de l’énergie tenue à Abidjan le 3 février 2020, la terre malienne a servi de cadre à celle des ministres en charge de l’énergie et ceux des finances du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Libéria, du Mali et de la Sierra Leone sur les échanges transfrontaliers de l’énergie électrique en Afrique de l’Ouest. Cette grande rencontre était placée sous l’égide du Ministre de l’Énergie et de l’Eau, Sambou Wagué qui avait à ses côtés le Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, Ministre de l’Économie et des Finances, le Commissaire Énergie et Mines de la Commission de la CEDEAO, M. Sediko Douka. C’était le mardi 3 mars à l’Hôtel Salam.

À l’entame de ses propos, le Premier ministre, Dr. Boubou Cissé a précisé que la tenue de cette réunion est un témoignage supplémentaire de l’engagement de notre communauté à apporter des réponses concrètes aux problèmes posés pour l’amélioration des conditions de vie de nos populations. En effet, dit-il, la lutte contre la pauvreté, la quête d’un bien être quotidien pour nos populations et la prospérité économique de nos États ne pourraient aboutir sans que des jalons importants ne soient posés dans des secteurs cruciaux comme celui de l’énergie. C’est pourquoi, le Premier ministre se dit réjoui que la CEDEAO ait portée le secteur de l’Énergie au centre des priorités de la communauté et ait comprise la nécessité d’accroître la coopération régionale dans ce service à travers la mise en commun de nos ressources énergétiques et la commercialisation de l’électricité à travers des échanges transfrontaliers. Cependant, Dr. Boubou Cissé demande aux ministres des États membres de la CEDEAO, d’entreprendre toutes les actions nécessaires pour renforcer le commerce de l’électricité et mettre en place des règles claires de gestion des contrats dans le cadre de ce commerce.
Au vu de l’importance que le Mali attache au commerce transfrontalier d’énergie électrique dans la région, le Chef du gouvernement, Dr. Boubou Cissé, souhaite que cette réunion ministérielle conjointe aboutisse à des décisions idoines pour notre communauté.
À son tour, le Commissaire Énergie et Mines de la Commission de la CEDEAO, M. Sediko Douka a soutenu que l’un des handicaps majeurs au développement socio-économique dans l’espace CEDEAO, demeure l’insuffisance de l’offre d’électricité et le faible accès des populations à cette ressource vitale malgré l’énorme potentiel énergétique de la région. Avec, ajoute-t-il, un taux régional d’accès à l’électricité de seulement 45% et des tarifs élevés ( 24 cents USD/kWh contre 4 au Japon, moins de 10 en Europe et 14 en Asie). D’après M. Douka, les échanges transfrontaliers d’énergie électrique ne représentent que 8%. Et comme nul n’ignore, explique-t-il, qu’aucun développement économique durable ne peut se faire sans une énergie abondante, disponible, durable et abordable. C’est ainsi, assure-t-il, qu’en vue d’apporter une réponse durable à ce défi, que la Commission de la CEDEAO a vite placé l’accès à l’énergie et la réduction du prix du KWh au rang des priorités fondamentales de la région et a axé sa stratégie sur 4 points essentiels à savoir : la création d’un marché régional de l’électricité ouvert et compétitif, le développement des interconnexions et des échanges d’énergie électrique entre les États membres, la valorisation du gaz naturel pour accroître l’offre de production d’électricité et la promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.
La CEDEAO s’est engagée dans ses reformes pour améliorer le niveau de vie des populations de la région, pour offrir à la population l’accès à une énergie de qualité, disponible et à moindre coût.
Pour sa part, la Banque Mondiale a décidé d’apporter son appui à travers deux instruments notamment : un Appui budgétaire assorti de 5 mesures préalables à prendre par les 6 États bénéficiaires et un Fonds Renouvelable de Soutien aux Liquidités (FRSL), qui vise à sécuriser les échanges dus au titre des contrats d’achat d’électricité établis dans le cadre des importations et exportations d’électricité. Selon M. Sediko Douka, le Commissaire Énergie et Mines de la Commission de la CEDEAO, cet instrument sera élargi à tous les États membres de la CEDEAO et impliquera les Banques commerciales et multilatérales.
Aminata SANOU
Stagiaire

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct