Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Présidentielle malienne : faible affluence mais dans le calme

Les électeurs maliens sont sortis faiblement, à la mi-journée de ce dimanche 12 août 2018, pour le second tour de la présidentielle qui se déroule dans le calme, selon la plupart des missions d’observation électorale déployées dans le pays.A Bamako,, la capitale l’affluence n’était pas au rendez-vous, à cause de la pluie. Toutefois, des missions d’observation électorale se sont dites satisfaites du déroulement du scrutin à mi-parcours.

« Durant cette première phase d’observation, c’est-à-dire la phase d’ouverture, on a constaté que 95% des bureaux de vote que nous observons ont ouvert à l’heure. On n’a pas observé d’incidents majeurs pour le moment », a indiqué  Cécile Kyenge, la chef de la mission d’observation électorale de l’Union européenne qui a déployé une centaine d’observateurs sur le terrain.

La coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali (COCEM) a, elle aussi, déployé 1001 observateurs sur le terrain. La COCEM couvre toutes les régions du Mali.

Selon Maiga Fatoumata Dicko, sa présidente, « 99 % des bureaux de vote où nos observateurs étaient présents ont ouvert à l’heure et seulement 1% des bureaux de vote ont démarré avec du retard ».

Toutes ces missions évoquent la présence des forces de l’ordre dans les centres de vote. Cependant, la COCEM a rapporté « un incident sécuritaire à Diré dans (nord) où le matériel électoral a été enlevé dans la nuit de samedi à dimanche ».

S’adressant à la presse après avoir voté au bureau 4 l’école AB de Sébéninkoro à Bamako, le président IBK a salué « la maturité du peuple malien », avant de promettre : « J’accepterai les résultats du vote quel que soit le vainqueur ».

« Mission accomplie, c’est ce que je ressens. Un immense soulagement. Il reste maintenant au peuple malien de redéfinir ce qu’il souhaite comme avenir, entre les mains de qui ? Quelle que soit la cette décision-là, nous l’assumeront », a-t-il poursuivi.

Son challenger, Soumaïla Cissé vote dans le nord, son bastion.

Conformément à la loi électorale du Mali, les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures GMT et fermerons à 18 heures. A l’école AB de Sébéninkoro située dans la commune VI du district de Bamako, il n’y avait pas grande foule à l’ouverture. Mais quelques votants sont sortis sous la fine pluie qui arrose la capitale malienne ce matin.

L’un des enjeux de cette élection est la sécurité car, avec 817 bureaux de vote qui n’ont pas pu s’ouvrir lors du premier tour du 29 juillet 2018 à cause de l’insécurité, notamment dans le nord et le centre du Mali.

Pour le second tour, les autorités ont indiqué que des dispositions ont été prises que plus de Maliens puissent voter.

Le taux de participation, qui était de 42% au premier tour, sera également surveillé.

Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé s’étaient déjà affrontés au second tour de la présidentielle de 2013, remportée par Ibrahim Boubacar Keita. Les deux candidats seront donc départagés à nouveau par les plus de 8 millions d’électeurs inscrits à l’issue du vote de ce dimanche.

Le premier tour a été remporté par Ibrahima Boubacar Keïta avec 41, 42 % des voix, suivi de Soumaïla Cissé qui a obtenu 17, 80 %.

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct