Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Politiques migratoires en Afrique de l’ouest: les acteurs à l’heure de l’évaluation

L’hôtel Radisson Blu de Bamako a abrité, ce mardi 20 août, les travaux de l’atelier de renforcement des capacités en suivi et évaluation des politiques et programmes de l’emploi, de la formation et de la migration professionnelle. L’objectif de cette rencontre est de renforcer la capacité des cadres des structures en charge de l’élaboration, la mise en œuvre et suivi-évaluation des politiques et programmes de l’emploi.

L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Drissa GUINDO, en présence du Directeur général de l’Observatoire National de l’Emploi et de la Formation (ONEF), Boubacar DIALLO ; du représentant du Centre international pour le développement des politiques migratoires (CIDPM), Lamine DAFFE ; de la représentant de l’OIM, etc.
Destiné aux cadres de l’Observatoire national de l’emploi et de la formation et de ses structures partenaires, il vise à familiariser les participants avec les enjeux et concepts liés à l’évaluation des politiques et programmes publiques. Il s’agit aussi d’améliorer les connaissances des participants sur la démarche (les outils, méthodes, exigences) du suivi et de l’évaluation des politiques et programmes publics.
Par ailleurs, elle doit permettre aux participants de faire une bonne appropriation des recommandations de l’étude diagnostique en vue de l’établissement d’une base de données sur l’emploi, la formation professionnelle et les migrations pour le travail au Mali.
Dans son mot de bienvenu, le DG de l’ONEF, M. DIALLO, a indiqué que le présent atelier s’inscrit dans le cadre d’une série d’activités initiées en 2015 dans le cadre du Projet « soutien à la libre circulation des personnes et à la migration en Afrique de l’Ouest », financé par l’Union Européenne et la CEDEAO. De ses propos, il ressort que le Mali est résolument engagé dans la mise en œuvre des politiques nationales dans le domaine de l’emploi, de la formation professionnelle et de la migration afin d’améliorer l’employabilité des jeunes et réduire le chômage et le sous-emploi. Selon lui, le suivi-évaluation constitue de nos jours une des priorités pour les plus hautes autorités dans le cadre de la bonne gouvernance. En terminant ses propos, il a remercié l’ensemble des partenaires pour leur soutien constant.

A l’ouverture des travaux, le secrétaire général du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Drissa GUINDO, a souligné que l’Afrique est touchée depuis plusieurs décennies par le chômage des jeunes et particulièrement celui des diplômés. Pour trouver une solution idoine à ce phénomène, poursuit-il, le Mali a adopté les politiques nationales et leur plan d’actions en matière d’emploi, de formation professionnelle et de migration. Ces différentes politiques, a-t-il fait savoir, visent à lutter contre le chômage et l’émigration irrégulière des jeunes en leur donnant une formation qualifiante, adaptée au besoin du marché du travail et en développant chez eux le goût de l’entrepreneuriat. Afin d’atteindre cet objectif, l’Etat et ses partenaires financent la mise en œuvre des plans d’actions de ces politiques à hauteur de plusieurs centaines de millions de francs CFA.
Par Abdoulaye
OUATTARA

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct