Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

NOMINATION DE MILITAIRES AUX POSTES DE GOUVERNEURS DE RÉGIONS : LES ADMINISTRATEURS CIVILS DÉNONCENT LA DÉCISION DU GOUVERNEMENT

Très remontés contre les nominations récentes des gouverneurs de régions, les Administrateurs civils ont décidé de « taper sur la table » pour dire que « trop c’est trop ».

 C’était au cours d’une Assemblée générale qui a eu lieu au Gouvernorat du District de Bamako, le samedi 28 novembre 2020   .

L’ordre du jour de cette rencontre portait sur l’examen des nominations de Gouverneurs de régions lors du Conseil des ministres du mercredi 25 novembre 2020.

Après la marche du 15 octobre 2020 pour exiger des autorités la libération de leurs camarades Ali Cissé, Sous-préfet de Farako (Ségou), et Drissa Sanogo, Préfet de Gourma-Rharous, tous deux enlevés par des inconnus, les syndicats des Administrateurs civils et des travailleurs des collectivités territoriales ont fini, face à l’absence de réaction de l’État, par mettre en exécution leur préavis de grève de quinze (15) jours, depuis le 19 octobre 2020. Une grève suivie à la lettre par leurs militants. Ainsi depuis cette date les quatre (04) syndicats à savoir: le Syndicat Libre des Travailleurs du Ministère de l’Administration Territoriale (SYLMAT), le Syndicat National des Travailleurs des Collectivités Territoriales (SYNTRACT) et le Comité Syndical des Agences de Développement Régional (CS-ADR) « observent une   grève illimitée ».

En réponse à ce qu’ils considèrent comme mépris de l’État à leur égard.

Aux dires de Monsieur, Sekouba Mady Dembélé, Secrétaire général adjoint du Syndicat Libre des Travailleurs du Ministère de l’Administration Territoriale (SYLTMAT), président de la plateforme d’action commune: «ce matin nous tenons une Assemblée générale parce qu’ à un moment, il faut rencontrer la base et faire le compte rendu de l’évolution de la situation. Vous savez,  on est en grève illimitée, depuis le 19 octobre dernier.

On a fait des négociations avec le gouvernement.   Les médiations sont en cours. Et un moment, on a décidé d’arrêter toute négociation avec le gouvernement parce qu’il y a eu des actes qui ont été posés que nous n’apprécions pas. Notamment la nomination d’un militaire comme préfet  à Niono, la nomination des Gouverneurs dont 2/3 est militaire.

Hier (vendredi), on a vu une lettre publiée par le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation relative à la continuité des services au niveau des Collectivités. Il y a eu beaucoup d’actes qui sont posés que nous n’apprécions pas. Nous, nous pensons qu’aujourd’hui, c’est du mépris   à notre égard. C’est pourquoi on a tenu de  rencontrer la base pour requérir sa position par rapport à l’évolution de la situation. Et qu’elle donne  la conduite à tenir si on doit continuer où suspendre la grève illimitée.

En réponse à cela ainsi que le mandat qui nous a été donné c’est de continuer la grève quelles que soient les conséquences. Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout. Nous sommes d’abord Maliens, puis fonctionnaires, puis représentants de l’État. Et ce Mali appartient à nous tous.

La grève continue. Nous allons adopter d’autres stratégies. Les plans de communication seront améliorés pour que le citoyen lambda comprenne que nous ne sommes pas contre l’État. Nous-mêmes sommes Etat, nous sommes administrateurs. Nous ne comprenons pas que le chef de l’administration, les hautes autorités se mettent aujourd’hui contre l’Administration.

C’est vrai (…)

Alpha C. SOW

Source; NOUVEL HORIZON

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct