Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali : La démission de Housseini Amion Guindo, un coup dur à IBK !

La démission du Gouvernement de Housseini Amion Guindo dit ‘’Poulo’’, président du parti, la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), la 4eme force politique du pays, ne fait pas du tout bonheur au Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita (IBK), qui s’apprête à annoncer sa candidature pour briguer un second mandat.

Membre du régime depuis les premières heures de l’arrivée d’IBK au pouvoir, Housseini Amion Guindo, dont le parti s’est rapidement inscrit dans la majorité présidentielle, a pris sa distance ce 7 mai 2018 en démissionnant du Gouvernement de Soumeylou Boubèye Maïga.

Il était parmi les hommes sur lesquels IBK fondait son espoir pour assurer son second mandat. Cela, grâce à sa force politique. C’est pourquoi, la crise du football n’a pas pu le faire partir du Gouvernement. Au moment où l’on pensait qu’il sera déposé par le Président, il a été permuté et mis à la tête du Département de l’Education Nationale. C’était un élément à garder absolument.

Pourtant cette démission n’a pas surpris assez d’observateurs de la scène politique malienne. Depuis quelques semaines, le patron de la CODEM se faisait rare dans les activités de la majorité présidentielle. La rencontre du 6 mai 2018 entre majorité et président de la République en témoigne. En plus de l’ADEMA-PASJ, la CODEM n’y était pas représentée.

Aussi, la démission, il y a deux semaines, de l’honorable Hady Yangadou de la CODEM, constituait comme des signaux de ce divorce entre son parti et la majorité présidentielle. Car, lors d’une conférence de presse tenue en 2017, l’honorable déclarait : « Si le ministre Housseini Amion Guindo reste au gouvernement jusqu’à moins d’un an de l’élection présidentielle, il ne doit plus abandonner la majorité présidentielle. Sinon, ce serait malhonnête et une trahison contre le Président IBK de la part de notre parti, la CODEM».Cette déclaration de l’honorable témoigne clairement de sa disponibilité à soutenir le Président de la République au cas où celui-ci décide de briguer un second mandat.

Connaissant IBK, cet abandon de Poulo au dernier virage de son quinquennat  lui sera difficile à digérer. Car, en plus de l’abandonner, ces deux hommes risquent de se croiser le fer lors de l’élection présidentielle du 29 juillet prochain. Parce que, selon une source digne, la déclaration de candidature de Poulo, n’est qu’une question de jours.

En attendant, le Président de la République sera obligé de compter sur la force de mobilisation des 46 partis de la majorité, mouvement et associations qu’il a rencontrés le 6 mai 2018 à Koulouba.

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct