Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’HONORABLE Mamadou Diarrassouba À PROPOS DE ASSASSINAT D’UNE FILLETTE DE 5 ANS À FANA : « TROP C’EST TROP ÇA SUFFIT !C’EST QUI EST ARRIVÉ À RAMATA EST UN ACTE TERRORISTE »

L’heure est grave, même trop grave pour la quiétude de paisibles citoyens qui ne cherchent qu’à joindre les deux bouts quotidiennement. Ainsi, pour la deuxième fois consécutive, les populations de la ville carrefour de Fana  se réveillent non pas par  des cocoricos, mais avec des hurlements de femmes et de jeunes en détresse : La petite Ramata Diarra une fille  de 5 ans  vient d’être décapitée. Très peiné par cette atrocité, le député Mamadou Diarassouba monte au créneau pour fustiger à un acte terroriste.

De quoi s’agit-il ?

Cet acte odieux et criminel s’est passé dans la nuit du samedi 12 mai  au dimanche, selon une source joint au tréphone à Fana, localité située à 120km de Bamako dans la région de Koulikoro, Ramata Diarra âgée de 5 ans seulement a  été  victime d’un assassinat de la part d’un terroriste. « Cette fois-ci non barbu », qui au bon milieu de la nuit se retrouve dans la cour de la famille Diarra pour une opération bien planifiée en amont, profitant du handicap physique du père de la petite fille qui est resté impuissant car ne possédant pas  l’usage de ses membres et de l’épuisement de sa  maman qui s’est interposée en défendant par tous les moyens  sans succès contre un criminel décidé  à ôter la fille de sa vie.

Quelques minutes qui suivent, faute de secours, il découpe la tête de la fille, prend  la tangente, direction inconnue avec son colis de la honte  dans un sac, laissant derrière lui une famille endeuillée face au corps sans vie et sans tête de leur fille.

Notre source nous apprend qu’en fin avril dernier Fatmata et sa fille avaient hérité  du même sort malheureux  de la part de deux inconnus et à présent aucune piste n’a pu  identifier les auteurs. Ces séries de tueries plongent la population en colère et c’est la brigade territoriale de la localité qui paye les frais, prise d’assaut par la foule, la  descente musclée de jeunes, parmi lesquels des badauds, des voleurs et même les simples passants pour piller et saccager les locaux de l’administration.

Les activités s’interrompent, les boutiques fermées et la principale voie qui mène à Bamako fut barrée, quelques fractions de seconde ont suffi aux   agents sur place au moment des faits qui étaient de garde  ont préféré  prendre la poudre d’escampette.

Le  hic est que ces genres de crimes odieux se multiplient  à chaque fois que des élections pointent à l’horizon. Une seule question fait le tour des ’’ grins’’ lieu de rencontre des jeunes de cette petite bourgade située à 120 km de Bamako. A quoi sert la présence de la gendarmerie à Fana ?

La promptitude du député Diarassouba

L’élu de Dioila, honorable Mahamadou Diarrassouba accompagné du préfet du cercle de Dioila M. Harber Bagna Traoré, le cœur meurtri, indigné par l’acte s’est exprimé un ton ému et revolé : « Nous sommes indignés  par ce acte ignoble et barbare qui ne restera pas impuni commis par un terroriste, (qualifiant l’auteur du drame  par ce nom) ».

Et au député Diarrassouba de poursuivre avec amertume : «  Nous avons demandé  l’ouverture d’une enquête pour mettre la main sur l’auteur et tous ses complices afin de les traduire devant les juridictions compétentes ».

Sur place, selon une source de la presse locale, un communiqué émanant du célèbre député connu pour ses efforts  de  réconciliation fut diffusé sur les antennes des radions  de la place. Communiqué dont nous détenons copie. Lisez.

« C’est avec affliction que nous avons appris les actes barbares et ignoble survenus à Fana que rien ne saurait justifier. Nous condamnons avec la dernière énergie l’assassinat de notre petite fille Ramata Diarra la nuit du samedi 12 mai au Dimanche 13 par des hommes sans foi. Nous appelons les autorités administratives et judiciaires à diligenter les enquêtes afin d’identifier dans l’immédiat les auteurs de ces crimes odieux et de les traduire devant la justice. Pour rappel ces assassinats ont été précédés par deux autres il y a de cela quelques jours.Ces actes crapuleux ne saurait rester impunis aussi bien à fana qu’ailleurs. Partant nous appelons la population au calme et à la retenue, tout en partageant la douleur des populations. En terminant, nous présentons au nom du peuple malien, de son président son SE Ibrahim Boubacar Keita, du gouvernement, de l’assemblée nationale et des autorités politiques, administratives et coutumières  nos condoléances les plus attristées aux familles éplorées », a déclaré l’honorable Mamadou DIARRASSOUBA, Chevalier de l’Ordre National.

Le Radar

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct