Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La religion dans la démocratie au Mali

Pour moi, la laïcité à la Malienne est à un tournant.

Le fait majeur depuis quelques années au Mali est le recul de l’Etat laïc, notamment sur les questions de société. Les différents gouvernements Maliens ont abandonné toute prétention à occuper et structurer l’espace public en fonction des principes et préceptes de notre histoire et de la laïcité. Désormais, la lutte entre l’hétéronomie (l’homme dépend de l’invisible) et l’autonomie (l’homme est maître de son destin) est terminée.

C’est l’hétéronomie qui a gagné. C’est là tout le problème !

 

Face à son effondrement, l’Etat laïc Malien est obligé de revoir ses prétentions à la baisse, car il s’était construit après son indépendance en développant toute une « religion laïque », nourrie de morale républicaine, de civisme et de sens de l’intérêt général.

 

Aujourd’hui, tout est remis en cause.

 

Le Président Modibo Keita avait dessiné plusieurs voies de recomposition du rôle de l’Etat, à mon avis très pertinente. Il avait décelé notre entrée dans l’âge des identités, où on devient plus citoyen en gommant ses particularités, mais au contraire en les accentuant.

 

La société Malienne est désormais constituée d’une foule d’individus, avec chacun ses différences, et qui somme la collectivité de lui accorder la place et la reconnaissance qu’il estime lui être dus.

 

D’où cette avalanche de revendications, cette place si prégnante des « Leaders religieux ».

 

Sur cette base, Modibo Keita nous avait donné véritablement les clés pour comprendre les mutations de notre système politique, bien au-delà de la simple question religieuse.

 

Je pense que ce recentrage de la vie politique et de la relation actuelle entre les représentants et les représentés, recentrage imposé par la volonté des éléments de la société réelle d’être pris en compte pour ce qu’ils sont est indispensable.

 

Quant au projet commun des Maliens, il ne fait plus guère figure que d’accessoire démagogique pour campagnes électorales, encore consiste-t-il le plus souvent en un catalogue de promesses, dictées par les clientèles et dont la compatibilité entre elles ne semble être la préoccupation dominante de personne.

 

D’où le sentiment d’éloignement du pouvoir et de soustraction de ses opérations à la prise, qui accompagne paradoxalement les efforts pathétique de ses occupants pour se tenir au plus près du vœu des citoyen. Ils ont beau faire, multiplier les marques de leur vigilance, de leur présence, de leur sensibilité, ils sont perçus comme étant d’ailleurs, comme incurablement étrangers aux préoccupations de leurs administrés.

 

Plus les leaders religieux se manifestent et se font entendre dans l’espace public, plus le personnel dirigeant lui témoigne de sollicitude et de considération, et moins ils se rencontrent en profondeur.

 

Et ce ne sont là que quelques échantillons de ce que nous vivons aujourd’hui.

 

Séga DIARRAH

https://diarrah.org

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct