Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Koutiala : La population salue les actions de MUSKOKA

«Trois ans après mon accouchement, je ne pouvais rien faire. Je me sentais très mal, j’allais devenir folle, je ne dormais pas. Je ne pensais même pas à allaiter mon bébé, au contraire, je le rejetais. Ma fille aînée devait se marier, mais à cause de ma situation, les parents ont déprogrammé son mariage. C’est grâce aux informations d’une amie qui a suivi la formation du Fonds français Muskoka (FFM) à la direction locale de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille sur la santé de la reproduction, le suivi de la consultation prénatale (CPN), les difficultés après l’accouchement… que je me suis rendu au Centre de santé de référence (CSREF) de Koutiala.

 

Le gynécologue m’a pris en charge et par la grâce de Dieu, je suis aujourd’hui une personne normale». Ce témoignage d’une ménagère, Oumou Ballo, illustre parfaitement la réussite de la formation du FFM. C’était mercredi dernier à Koutiala, lors du passage de la délégation régionale composée des services socio-sanitaires et de la presse dans le district sanitaire de la localité. Rappelons que l’objectif de ce voyage de presse était de contribuer à la documentation des interventions financées par IAMANEH-Mali et l’ensemble des partenaires d’appui à la Région de Sikasso, en vue de donner de la visibilité aux réalisations sur le terrain.

Tout comme à Bougouni, à Koutiala également, le FFM, l’ONG IAMANEH-Mali et partenaires ont effectué d’énormes activités au niveau des six centres de santé. C’est pour constater la réalité de ces réalisations que la direction régionale de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille (DRPFEF), la direction régionale de la santé (DRS) et celle du développement social et de l’économie solidaire (DRDSES) et leurs partenaires se sont rendus sur les lieux. La directrice locale de la PFEF, Kadiatou Koné, a indiqué que le FFM accompagne le secteur de la santé au Mali depuis 2012. C’est en 2017 qu’il s’est intéressé à la 3è Région. Parlant des activités menées par ledit fonds de 2017 à 2019, elle a évoqué des réalisations faites en 2017, notamment la mobilisation sociale en faveur du genre et les activités de la nutrition lors de la célébration du 31 juillet, l’organisation d’une session d’information et de sensibilisation sur la santé maternelle, le référencement de 150 femmes et jeunes filles auprès de 6 CSCOM du district sanitaire de Koutiala.

En ce qui concerne les réalisations de 2019, Mme Koné a évoqué l’organisation de la journée d’information de 30 leaders d’organisations de femmes et de jeunes sur le genre, les violences basées sur le genre (VBG), la promotion des droits de la santé de la reproduction et la journée d’information et de sensibilisation de 4.000 élèves et encadreurs sur les méfaits des violences faites aux femmes et aux filles dans 10 établissements scolaires de Koutiala. Elle a invité le FFM à accélérer la mise à disposition des fonds tout en le remerciant pour son engagement. De son côté, la cheffe du service de développement social de Koutiala, Mme Magassa Alima Traoré a indiqué que sa structure collabore avec le fonds depuis 2016. Ce partenariat est basé sur la communication avec les acteurs communautaires. «Ensemble, nous avons fait une série de plaidoyers à l’endroit des acteurs, des chefs de quartier et de village, des pairs éducateurs à Koutiala», a-t-elle énuméré. Mme Magassa a, ensuite, sollicité l’accompagnement du FFM afin de pouvoir financer toutes leurs activités.

Le médecin chef du CSREF de Koutiala, Dr Youssouf Sidibé et la sage-femme, Mme Samaké Kadiatou Sogoba, le directeur technique du Centre de Molobala, Nt’ji Coulibaly et l’infirmière obstétricienne, Ramatou Dembélé ont tous témoigné de l’efficacité de l’intervention du FFM. Ils ont rappelé l’augmentation du taux de fréquentation de leurs différents centres par la population grâce à la formation et à l’équipement des écoles mères et des maternités. Le représentant de la radio «Jamana» de Koutiala, radio partenaire du Fonds français Muskoka, David Coulibaly a indiqué qu’avec ce partenariat, sa station diffuse des messages de sensibilisation sur les méfaits des VBG, la référence évacuation, la santé de la mère et de l’enfant, le planning familial (PF)… «Cela, poursuivra-t-il, nous a permis d’être un point focal pour le service local de la PFEF de Koutiala». Concernant l’impact de ces diffusions sur la population de Koutiala, David Coulibaly dira que radio «Jamana» reçoit régulièrement des femmes qui ont besoin d’être informées sur le PF, les vaccinations de routine des enfants, les conseils des sages-femmes… «On a même créé une émission dédiée à la femme, spécialement dans le cadre de ce partenariat. Nous faisons des interviews et des micros-trottoirs pour l’occasion», a-t-il souligné, avant d’assurer que ces émissions ont beaucoup contribué à amoindrir la situation des VBG dans la Capitale de l’Or blanc. De son côté, le représentant du préfet de Koutiala, Cheick Mamadou Sylla dira que l’ONG IAMANEH-Mali a contribué à réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile du Miankala et a adressé ses remerciements à tous les partenaires qui interviennent dans l’accompagnement des services de santé de Koutiala.

Mariam F. DIABATÉ

Source : L’ESSOR

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct