Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Journée Nationale de l’Organisation pour la Sécurité Routière en Afrique de l’Ouest (OSRAO): le message du ministre des transports

me baber gano ministre transports malien

Mes chers compatriotes
Usagers de la route ;
Dans le cadre de la mise en œuvre de la vision du Président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA en matière de sécurité routière, le Mali, à l’instar des pays membres de la CEDEAO, organise le 11 mai 2017, la Journée Nationale de l’Organisation pour la Sécurité Routière en Afrique de l’Ouest (OSRAO).
En effet, dans le cadre de la promotion de la sécurité routière, les Nations Unies ont encouragé les communautés régionales à mettre en place des organisations pour discuter et harmoniser les politiques de prévention routière.
C’est dans ce cadre que les Etats de l’Afrique de l’Ouest ont décidé de créer une organisation sous régionale dénommée :
« Organisation pour la Sécurité Routière en Afrique de l’Ouest, en abrégé, OSRAO » qui a vu le jour officiellement le 8 mai 2008 à Abuja au Nigéria sous les auspices de la Commission de la CEDEAO.
Lors de cette rencontre, les Etats membres de la CEDEAO ont :
– reconnu que la sécurité routière est l’un des défis majeurs des Etats africains, en particulier ceux de l’Afrique de l’Ouest ;
– constaté qu’aucune organisation fonctionnelle sous régionale de sécurité routière n’existe en Afrique de l’Ouest ;
– manifesté de la nécessité de réduire les conséquences socio-économiques des accidents de la route dans la sous-région ouest africaine ;
– compris que la lutte contre l’insécurité routière en Afrique de l’Ouest ne peut être efficace que dans le cadre d’un élan de solidarité sous- régionale.

Mes chers compatriotes ;
L’OSRAO est donc une Organisation qui a pour objectif de contribuer à la réduction du nombre et de la gravité des accidents de la circulation routière en Afrique de l’Ouest.
Sa première Assemblée Générale s’est tenue à Bamako les 03 et 04 novembre 2008, au terme de laquelle le Mali s’est engagé, à l’instar des autres pays membres de la CEDEAO, à faire de la lutte contre l’insécurité routière un combat d’envergure nationale, sous régionale et internationale.
La sixième AssembléeGénérale également tenue ici à Bamako le 15 octobre 2015, confirme cette conviction du Mali.
Cet engagement de notre paysa été reconnu par les pays membres qui ont porté le Mali à la tête de l’Organisation pour un mandat de quatre (04) ans, lors de la septième (07ème) Assemblée Générale tenue le 08 décembre 2016 à Grand Bassam en Côte d’Ivoire.
Toute chose qui s’inscrit dans le cadre de la proclamation de la Décennie d’Action pour la sécurité routière 2011- 2020 par l’Assemblée Générale des Nations Unies en vue de stabiliser puis de réduire le nombre de décès imputables aux accidents de la route dans le monde à travers la multiplication des actions aux niveaux national, régional et international.
Le thème retenu pour la célébration de la Journée de l’OSRAO, le 8 mai 2017 est le suivant : « Ralentissez pour sauver des vies ».
Ce thème est d’actualité au Mali et nécessite qu’une lutte farouche continue d’être menée contre les excès de vitesse.
En effet, les statistiques de 2016 nous enseignent que sur 5 532 cas d’accidents dont 541 tués, l’excès de vitesse arrive en tête avec 1 071 cas, 121 tués, 540 blessés graves et 930 blessés légers. Par catégorie d’usagers, les deux roues arrivent en tête avec 220 tués.
C’est pour inverser cette tendance qu’il sera organisé le 11 mai 2017 une marche « funèbre » de sensibilisation contre l’excès de vitesse. La marche va démarrer du service des urgences de l’hôpital Gabriel Touré où sont accueillis les accidentés au Ministère des Transports.

Mes chers compatriotes ;
Les excès de vitesse sur la route ont des conséquences parfois largement sous-évaluées notamment en ce qui concerne l’énergie cinétique. Selon les statistiques, à 90km/h, un choc frontal équivaut à la chute d’un immeuble du 11ème étage.
En réalité, l’augmentation de la vitesse ne permet pas un gain de temps mais augmente les risques d’accident et leur gravité.
Le code de la route en matière de vitesse excessive est clair, il s’agit de protéger les usagers de la route vulnérables que sont les piétons, les personnes en situation de handicap, les personnes âgées et les enfants.

Mes chers compatriotes ;
C’est le lieu de rappeler que l’ANASER a pourvu en radars de limitation de vitesse les porteurs d’uniforme mais je dois tout de suite préciser que les radars ne peuvent pas être déployés au niveau de tout le réseau routier de notre pays pour effectuer les contrôles.
Chaque usager de la route doit être son propre radar, c’est-à-dire doit veiller à ne pas dépasser la vitesse réglementaire, que vous soyez en rase campagne ou en agglomération.
Cette journée de l’OSRAO est placée sous le signe du respect de la limitation de la vitesse et qui doit se poursuivre après cette journée.
Avant de terminer, j’invite tous les usagers motorisés à protéger les usagers vulnérables par un comportement responsable et prudent sur la route car l’excès de vitesse est un facteur aggravant de l’accident de la route.

JE VOUS REMERCIE

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct