Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Formation sur la protection des animaux et bien-être animal : Une trentaine de journalistes outillés

Dr Amadou Doumbia, directeur de la SPANA-Mali et Mme Bengaly Mahawa Guindo ont formé une trentaine d’hommes de médias sur la protection des animaux et le bien-être animal. C’était ce mardi 27 juillet 2021, au siège de l’ONG SPANA (Society for the Protection of Animals Abroad) à Badalabougou.

Créée au Mali en 1996, l’ONG SPANA a comme agenda : un programme vétérinaire, éducatif (qui apprend aux enfants comment entrer en contact avec les animaux pour avoir non seulement de bonne connaissance mais aussi le savoir-vivre et le savoir savoir-faire avec les animaux) ; l’équitation pour enfants handicapés, et ensuite de la formation aux auxiliaires vétérinaires au nord du Mali.

Il a pour objectif : protéger les animaux et leur environnement; cultiver l’amour et le respect des animaux chez les humains; préserver le bien-être des animaux; augmenter la capacité technique des agents; et renforcer les lois de protection des animaux.

Au cours de cette journée de formation, le directeur de l’ONG SPANA, Dr Amadou Doumbia et sa technicienne Mme Bengaly Mahawa Guindo ont décortiqué aux hommes de médias sur la vision et la mission de la SPANA; en les acquérant des connaissances sur les animaux ; et une compréhension sur le bien-être animal.

Selon les statistiques en 2019 et 2020, environ 76 localités à l’intérieur du Mali ont été visitées par l’unité mobile de SPANA : 53 163 animaux ont été traités, 3956 équipements distribués ; 932 enseignants biologistes et 750 membres communautaires formés ; 4 095 écoliers ont visités les locaux de la SPANA ; 143 écoles participantes ; et 5145 livrets distribués.

Dr Doumbia directeur de ladite structure a rappelé que le Mali étant un pays à vocation agro-pastorale, les ânes jouent un rôle très important dans le travail au quotidien : « nous faisons des soins pour ces animaux, de la formation aux populations pour améliorer la vision des humains pour les animaux, et à faire que les animaux puissent apporter aux gens, ceux qu’ils attendent d’eux ».

Avant d’inviter la population à considérer les animaux comme des êtres vivants et aussi d’assumer leur responsabilité : « elle ne doit pas s’aventurer à les avoir au cas contraire, car, cela demande des engagements : bien les nourrir, les abreuver, essayer de les abriter, de les faire profiter de tout ce qui est possible pour leurs bien-être, pour qu’en retour, ils puissent produire ce que l’on attend d’eux et dans la meilleure façon ».

S’agissant de l’abattage des ânes, il a démontré l’exemple sur la pratique Chinoise à travers d’EJIAO. Il dira que : «  la population d’âne chinoise est passée de 11 millions en 1992 à 4, 6 millions en 2017. Et d’ajouter qu’en 2016, le Mali a été touché par le phénomène. Le directeur de l’ONG a insisté sur la grande importance des ânes car l’effectif d’ânes au Mali est estimé à environ entre 3,5 à 5 millions contre une population d’à peu près 20 millions. Il a réitéré une collaboration entre la SPANA et les hommes de médias pour une bonne diffusion dans le futur, afin d’essayer d’améliorer le bien-être animal à travers l’information, la sensibilisation, et la formation des humains, car la disparition des ânes risque d’être un véritable calvaire pour le développement socio-économique et professionnel pour le Mali.

Aïssétou Cissé

Selon les statistiques en 2019 et 2020, environ 76 localités à l’intérieur du Mali ont été visitées par l’unité mobile de SPANA : 53 163 animaux ont été traités, 3956 équipements distribués ; 932 enseignants biologistes et 750 membres communautaires formés ; 4 095 écoliers ont visités les locaux de la SPANA ; 143 écoles participantes ; et 5145 livrets distribués.

Dr Doumbia directeur de ladite structure a rappelé que le Mali étant un pays à vocation agro-pastorale, les ânes jouent un rôle très important dans le travail au quotidien : « nous faisons des soins pour ces animaux, de la formation aux populations pour améliorer la vision des humains pour les animaux, et à faire que les animaux puissent apporter aux gens, ceux qu’ils attendent d’eux ».

Avant d’inviter la population à considérer les animaux comme des êtres vivants et aussi d’assumer leur responsabilité : « elle ne doit pas s’aventurer à les avoir au cas contraire, car, cela demande des engagements : bien les nourrir, les abreuver, essayer de les abriter, de les faire profiter de tout ce qui est possible pour leurs bien-être, pour qu’en retour, ils puissent produire ce que l’on attend d’eux et dans la meilleure façon ».

S’agissant de l’abattage des ânes, il a démontré l’exemple sur la pratique Chinoise à travers d’EJIAO. Il dira que : «  la population d’âne chinoise est passée de 11 millions en 1992 à 4, 6 millions en 2017. Et d’ajouter qu’en 2016, le Mali a été touché par le phénomène. Le directeur de l’ONG a insisté sur la grande importance des ânes car l’effectif d’ânes au Mali est estimé à environ entre 3,5 à 5 millions contre une population d’à peu près 20 millions. Il a réitéré une collaboration entre la SPANA et les hommes de médias pour une bonne diffusion dans le futur, afin d’essayer d’améliorer le bien-être animal à travers l’information, la sensibilisation, et la formation des humains, car la disparition des ânes risque d’être un véritable calvaire pour le développement socio-économique et professionnel pour le Mali.

Aïssétou Cissé

Source: ÉchosMédias

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct