Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Finance islamique : une opportunité de relance pour l’économie

Le 27 novembre 2021, le Conseil national de Transition (CNT) a approuvé un un accord de financement par la Mourabaha signé en avril 2020. Signé entre le gouvernement du Mali et la Société internationale islamique de financement du commerce, il porte sur l’achat et la vente de produits pétroliers en faveur de la société EDM SA. Même si le Mali accuse un « retard » par rapport à ce type de financement, il devrait se multiplier dans notre contexte, selon les spécialistes.

 

L’environnement juridique existe, à travers la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), qui a autorisé les pays membres à mener des opérations de finance islamique conditionnées à l’obtention d’une autorisation préalable.

En 2019, la finance islamique a été intégrée pour les institutions de micro finance (IMF) grâce à une réglementation spécifique. Sur le marché des titres, plusieurs États y ont déjà eu recours, notamment grâce aux obligations islamiques, encore appelées Sukuk, dans le but de se refinancer. En 2015 et 2016, par exemple, l’État de Côte d’Ivoire a mobilisé 300 milliards de francs CFA ainsi.

Contrairement aux obligations classiques, les taux d’intérêt sont fonction de la rentabilité de l’investissement. Pour les obligations classiques, quand l’État demande de l’argent pour réaliser une infrastructure, quelle que soit sa destination finale, il rembourse avec intérêt.

En 2018, le Mali a sollicité des sukuk 150 milliards de francs CFA pour la construction de logements sociaux. Une option importante pour lui permettre de financer ce type de projet et s’assurer de sa réalisation. Car, dans le cadre de la finance islamique, les revenus des investisseurs sont conditionnés à la réalisation des projets.

Financements disponibles

« Cette structuration est adaptée à la réalité socioéconomique de notre pays. Surtout à un moment où la corruption et les détournements sont à un niveau où on ne contrôle plus rien », explique M. Sidy Bouaré, Directeur général de la Caisse d’intermédiation et de développement (CID Amanah). « Parce que, dans ce modèle, le détournement d’objet n’existe pas », poursuit-il. Par exemple, dans le cas du pétrole, s’il s’agissait d’argent liquide « il est exposé à être utilisé à d’autres fins », même pour des urgences, donc « détourné de son but initial ».

En outre, les pays emprunteurs dans le cadre de ce modèle disposent de liquidités pour se financer. Il s’agit donc là « d’une solution pour relancer notre économie », conclut M. Bouaré.

Fatoumata Maguiraga

Source : Journal du Mali

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct