Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Face à la mauvaise foi du gouvernement à adopter le projet de loi portant statut du personnel enseignant : – Les syndicats de l’éducation récidivent avec un préavis de grève de 408 heures soit 17 jours

– Une session extraordinaire  de l’Assemblée nationale convoquée en urgence pour se pencher sur la question 

Au terme de son mot d’ordre de grève de 216 heures (9 jours) sans succès et face au silence du gouvernement, le collectif des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 (SYLDEF, SYNEB, SYNESEC, FENAREC, SYNEFCT, SYPESCO) récidive cette fois-ci avec un préavis de grève de 408 heures soit 17 jours à partir de ce matin jusqu’au 31 janvier pour exigerl’adoption immédiate du projet de loi portant statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale.

Selon des indiscrétions, après la fin des travaux, le ministère de l’Éducation nationale a tenu quelques rencontres autour du projet de loi avant de le transmettre, le 12 juillet 2016, au ministère du Travail et de la Fonction publique. Il convient de noter que dans un premier temps, le gouvernement avait promis d’adopter le projet de loi par ordonnance pendant les vacances parlementaires.

« Nous ignorons ce qui s’est passé entre temps, le texte a été miraculeusement retiré du processus d’adoption par ordonnance. Car, il a effectué plusieurs va-et-vient entre ministères en charge du Travail, celui en charge des Finances et le secrétaire général du gouvernement jusqu’à la rentrée parlementaire du 2 octobre. Toute chose qui enlève au gouvernement toutes possibilités de prendre des ordonnances, alors le projet prend la procédure normale d’adoption d’un projet de loi », s’est-elle interrogée notre source.

Le gouvernement soupçonné de faire prouve de mauvaise foi

Ainsi, précisent nos sources, après plusieurs tergiversations, le texte a été finalement adopté en Conseil des ministres, le 9 novembre 2017. Donc, il faut attendre le 27 novembre de la même année pour que le projet de loi soit transmis à l’Assemblée nationale. « Nous avons l’impression que ce sont des personnes qui sont tapies dans l’ombre pour retarder l’adoption, la promulgation et l’application du statut du personnel enseignant », a-t-il déploré.

Depuis cette date, le gouvernement traine les pas par rapport à l’adoption de cette loi. Doutant de la bonne foi du gouvernement à mettre en œuvre le protocole d’accord octroyant un statut autonome au personnel enseignant de l’enseignement fondamental et secondaire, car à moins d’une semaine de la fin de la session du mois d’octobre, le projet était toujours dans les tiroirs de la Commission des Lois de l’Hémicycle, le collectif des syndicats ont déposé un préavis de grève de 216 heures soit 9 jours couplé d’un mot d’ordre de rétention de note sur la table du ministre en charge du Travail.

Selon les sources proches du dossier, c’est ainsi que l’Assemblée nationale, à travers la Commission de l’Éducation, de la Culture, des Nouvelles technologiques de l’information et de la Communication, a organisé le 20 décembre dernier une séance d’écoute sur le projet de loi portant statut du personnel enseignant. Et de poursuivre que depuis rien n’a filtré par rapport à l’adoption de cette loi malgré la convocation de plusieurs sessions extraordinaires.

Les syndicats dupés par le gouvernement

Se sentant certainement dupé par le gouvernement et au regard de la situation qui prévaut, le directoire des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, au cours d’une réunion tenue le 1er janvier dernier, a initié certaines actions notamment l’organisation des assemblées générales au niveau de tous les comités et le dépôt d’un préavis de grève de dix-sept jours allant de demain mardi 9 au mercredi 31 janvier prochain.

Dans une note technique dont nous avons pu nous procurer une copie, les syndicats se disent convaincus d’être en face d’un gouvernement qui ne respecte pas ses engagements. Ainsi, poursuit la note, les syndicats se réservent le droit d’entreprendre toutes les actions nécessaires pour faire aboutir leurs revendications.

Il nous revient que le gouvernement vient de convoquer les honorables députés pour une session extraordinaire qui doit démarrer ce matin. Au cours de laquelle, un certain nombre de lois seront examinés et adoptés dont celui relative au statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, fondamental, préscolaire et spécial.

En tout cas, les syndicats de l’éducation sont décidés à entreprendre toutes les actions nécessaires pour faire aboutir leurs revendications, l’adoption, la promulgation et l’application de leur statut. Les choses semblent se compliquer pour le gouvernement parce que le virus des mouvements de grève a gagné le milieu estudiantin. En effet, la faitière des élèves et étudiants du Mali a déclenché un mot d’ordre de grève de 72 heures (trois jours) renouvelable pour obliger le gouvernement à trouver rapidement une issue favorable à la grève des enseignants.

Mama PAGA

Source: Le Pays-Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct