Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Evaluation des risques professionnels : Un moyen efficace de prévention des accidents du travail

AFRIK PREVENT en partenariat avec SEGALA MINING Corporation SA a organisé, le samedi 18 mai 2019, le 3ème numéro de « La Matinale » à l’Hôtel de l’Amitié de Bamako. Trois thèmes ont été débattus par les experts au cours de cette rencontre. Il s’agit de l’« Évaluation des Risques Professionnels : Un moyen efficace de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles » ; « Un accident du travail : Enquête et analyse » et « Le syndrome d’épuisement professionnel : Comprendre pour mieux agir ». L’un des objectifs de la Matinale est de susciter des moments d’échange entre les acteurs de la Sécurité et Santé au travail pour enrichir la réflexion.

Cette rencontre a enregistré la présence du Directeur général d’AFRIK PREVENT, Sidi Faskoye, de Moussa El Hadji DICKO,  expert en santé et sécurité au travail, de Kizito DIARRA et de Mohamed Cissé de SEGALA MINING Corporation SA et d’autres personnalités. Dans ses mots de bienvenue, le Directeur général d’AFRIK PREVENT, Sidi Faskoye a fait savoir que la « Matinale » est un espace permettant aux entreprises de se rencontrer afin qu’elle puissent échanger, confronter et partager leurs expériences et leurs savoir-faire sur les pratiques de la Sécurité, Santé et le Bien-être au travail.

 

A sa suite, les trois thèmes ont été développés par les experts. Ainsi, le thème « Évaluation des Risques Professionnels : Un moyen efficace de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles » a été argumenté par Kizito Diarra. Dans son exposé, il a indiqué que l’objectif du programme d’identification des dangers et analyse des risques  est la reconnaissance des travaux dangereux et leurs analyse pour développer une procédure afin d’éliminer les pertes; les dommages et les cas de blessures. Avant d’ajouter que c’est aux employeurs que revient la responsabilité d’évaluer les risques d’un travail donné, et de faire en sorte que des mesures de sécurité soient mises en place afin d’éliminer tout risque pour leurs employés.

Pour lui, l’évaluation  des risques professionnels consiste à identifier, analyser et classer les risques auxquels sont soumis les travailleurs d’un établissement, en vue de mettre en place des actions de prévention. « La sécurité est une composante essentielle de l’activité de l’entreprise, au même titre que la maintenance ou le contrôle qualité. Pourtant bon nombre d’entreprises ne s’en préoccupent  qu’en cas d’accident grave, c’est-à-dire trop tard », a-t-il conclu. Quant à Mohamed Cissé de SEGALA MINING Corporation SA, il a eu le privilège de commenter la thématique : « Un accident du travail : Enquête et analyse ». Selon lui, la direction  et les superviseurs ont la responsabilité de première ligne de protéger les travailleurs et d’assurer la sécurité du lieu de travail.

« Une approche pratique des enquêtes sur les accidents du travail, qui met l’accent sur la façon de trouver la cause fondamentale et d’empêcher que de tels événements ne se reproduisent », a-t-il dit. Pour sa part, Dr Moussa El Hadji DICKO s’est appesantie sur « Le syndrome d’épuisement professionnel : Comprendre pour mieux agir ». Selon lui, le syndrome d’épuisement professionnel  ou burnout est la conséquence du stress chronique. A l’en croire, le burnout est un trouble d’origine professionnelle mais n’est pas considéré comme une maladie professionnelle. Pourtant, il dira qu’entre 2008 et 2009, 30 personnes travaillant au service (France Telecom, Renault) se sont suicidées dans l’hexagone à cause de burnout. Et l’une des causes de burnout, dit-il, est le manque d’équité.

A l’en croire, les travailleurs exposés au burnout sont entre autres : les policiers, le personnel de la santé, les avocats, les gestionnaires des ressources humaines etc. Le modérateur du débat, Dr Diallo Birama, Médecin, a fait savoir que l’évaluation des risques professionnels est très importante pour réduire les accidents de travail. Pour lui, dans 24 heures, l’Homme doit faire 8heures de travail, 8h de loisir et 8h de sommeil. Chose qui n’est pas tout à fait respectée par les uns et les autres. A cet effet, il a invité les gestionnaires des ressources humaines à humaniser le travail.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct