Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

En un mot : Des ministres et leurs provenances

On connaît depuis hier l’identité des 25 ministres qui composent le nouveau Gouvernement de transition conduit par le Premier ministre Moctar Ouane. D’où viennent ces 21 hommes et 4 femmes ? A cette récurrente question qui se pose après chaque gouvernement, voici ce que l’on peut retenir, du moins ce qui se dit dans les coulisses.

 

La junte, avec environ une bonne dizaine de portefeuilles, est la mieux servie. En plus des ministères de souveraineté comme la Défense, l’Administration territoriale, la Sécurité, la Réconciliation nationale, elle aura réussi à faire porter des proches civils à la tête des départements comme à l’Economie et des Finances, aux Mines, l’Energie et l’Eau.

Quant à l’imam Dicko, au moins cinq ministères lui auraient été attribués pour ses proches dont Mohamed Salia Touré et Mohamed Coulibaly. Il aurait défendu des proches de son nouvel allié Seydou Coulibaly, patron de l’entreprise de Cira-Mali. On apprend que c’est l’imam Dicko qui a également proposé ses proches aux ministères de la Justice et celui de l’Agriculture.

Attendus dans le nouveau Gouvernement, les mouvements armés ont aussi eu leur part avec la nomination de Me Harouna Toureh, et Moussa Ag Attaher.

Les quelques rares ministres du nouvel attelage proches d’une formation politique sont notamment du PIDS, le parti de Daba Diawara, avec des représentants comme le PM lui même et Dionké Diarra, ancien DG des Impôts.

DAK

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct