Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

DIP: les préalables du chérif de Nioro

Le Premier ministre Boubou Cissé accompagné d’une forte délégation, dont les ministres des Affaires étrangères, Tiébilé Dramé ; de la Défense, Dahirou Dembélé ; de l’Administration territoriale, Boubacar Bah dit Bill, était, ce jeudi, à Nioro du Sahel, pour rencontrer le Chérif, Cheick Mohamedoun Ould Cheick Hamahoullah.

Selon des sources proches de la Zawiya de Nioro, le chérif Mohamédou ould Cheickné dît Bouye Haidara a fait, ce vendredi 16 août 2019, au cours de sa prêche, un bref compte rendu de sa rencontre avec la délégation du Premier ministre Boubou Cissé.

Sur la visite du Premier ministre, le Chérif de Nioro, Cheick Mohamedoun Ould Cheick Hamahoullah, dira qu’il « est venu pour me saluer, pour demander des bénédictions pour lui-même et pour tous les Maliens et Maliennes, pas en tant que Premier ministre. Le Premier ministre a annoncé qu’il était en train de préparer une concertation nationale et demande des bénédictions et aussi son avis ».
En réponse à la demande du Premier ministre, le Chérif de Nioro dit attendre d’être informé du contenu du dialogue national en préparation pour se prononcer. Toutefois, il rassure ses hôtes de son patriotisme et se dit prêt à s’impliquer dans toute démarche tendant à amener l’entente, la paix et le développement de notre chère patrie, le Mali.
Cependant, Bouyé Haidara fait une mise en garde. Il est d’accord pour une concertation nationale, conférence nationale ou autre rencontre nationale. Mais ne serait pas d’accord pour le changement de la Constitution du Mali. Il n’est pas d’accord parce que les négociateurs ne doivent pas parachever un accord qui n’est pas compatible avec notre Constitution. Ils doivent respecter la Constitution.
« Pourquoi nos dirigeants et responsables qui doivent être les garants de notre Constitution seront ceux qui violent la constitution », se demande-t-il.
Pour le Chérif de Nioro, deux choses l’une : soit une autre puissant les oblige, soit pour un intérêt personnel.
« Si ce n’est pas pour l’accord d’Alger, je suis d’accord pour une concertation nationale. Je donnerais mon point de vue comme tout bon citoyen », a-t-il dit au Premier ministre.
Au cours du même prêche, le Chérif a aussi fait le résumer de sa rencontre avec Ibrahim Boubacar Keita, depuis les événements du 13 mars 1995 jusqu’aux élections du13 avril 2013. Bouyé Haidara est revenu sur la visite passée du président. Sur la question, il dira que lui Bouyé Haidara reste toujours le père d’IBK suivant les déclarations de ce dernier lui-même avant d’ajouter que malgré ce lien, il ne soutient pas sa politique.
« Mais ça ne veut pas dire que nous sommes en guerre », précise-t-il.
Après avoir fait des bénédictions pour tous les Maliens et le Mali, il déclare « je suis dans la politique et je resterai dans la politique. Ma politique, je ne cherche pas à devenir président, ni député ou maire et je ne deviendrai pas ministre ou directeur ni autre poste responsabilité. Cela est valable pour moi et mes enfants et aussi pour les adeptes hamawis. Je ne suis pas contre si un adepte a un poste de responsabilité. Ma politique, ce n’est pas de chercher un poste pour un adepte ».
Cheick Mohamedoun Ould Cheick Hamahoullah a expliqué les raisons qui l’on amener à faire la politique : le code de la famille.
Rassembles Sikou Bah

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct