Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

DELEGUE A L’AGRICULTURE : Adama Sangaré rate les paysans

C’est sous l’autorité d’Adama Sangaré, ministre délégué à l’Agriculture, que le monde paysan a connu un hivernage chaotique. Il aura fallu crier pour que les intrants agricoles arrivent aux paysans de façon tardive. Chose jamais observée au Mali, le prix de l’engrais subventionné a été communiqué aux paysans produisant le coton vers aout alors que la règle veut que cela soit fait bien avant cette période.

Avant d’être fixés sur leur sort, les organisations paysannes ont bataillé dures, en menaçant de ne pas signer les conventions. Adama qui est délégué à l’Agriculture n’avait pas su mettre les bouchées doubles pour que les paysans aient accès à l’engrais subventionné dans les délais requis à la bonne organisation de la campagne agricole, particulièrement dans les zones de production de coton dans les régions de Sikasso, Ségou et Koulikoro.

De même, les paysans attendent toujours d’être fixés sur les dispositions prises pour acheter les premières productions de coton. Ces récoltes précoces doivent être évacuées rapidement par la CMDT qui est sous les ordres d’Adama Sangaré, même si ce dernier est sous les ordres du ministre de l’Agriculture Baba Moulaye Haïdara dont la venue à la tête de l’Agriculture avait rendu certains paysans mécontents, qui au fil du temps a montré sa bonne foi et son ambition de satisfaire son monde.

L’un des challenges du ministre délégué sera d’apaiser les producteurs de cotons qui en veulent à la mauvaise gestion de leurs responsables. Le monde paysan doit organiser l’élection de l’Union des cotonculteurs dont le président sortant Bakary Togola est en prison pour son implication dans le détournement des ristournes versées par la CMDT aux producteurs de coton. L’organisation du renouvellement des instances de cette organisation a été reportée au milieu de 2020 sous l’autorité du gouvernement.

La campagne agricole passée a été une des pires sur le plan de l’accompagnement des autorités en charge de l’agriculture. C’est donc la crédibilité d’Adama Sangaré qui est en jeu lorsque l’engrais subventionné est détourné par des intermédiaires pour être vendu sur le marché. C’est également son échec que l’on voit quand les paysans n’obtiennent pas à temps les intrants agricoles qui leur permettent de mieux produire.

En attendant les récoltes, on s’attend à une production importante de céréales grâce à la bonne pluviométrie que le pays a connue. Mais le mauvais casting des autorités pourrait réduire le niveau de la production de coton qui pourrait ne pas atteindre le niveau espéré pour que le Mali soit le premier producteur de coton de l’Afrique de l’Ouest. Une hypothèse bien possible.

Source: La Sirène

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct