Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Bandjougou DIAWARA fait son grand retour à Kayes

Incarcéré depuis plus d’une année pour présomptions de détournement et de malversations estimés à plusieurs centaines de millions de nos francs, le président du Conseil régional de Kayes a finalement recouvré sa liberté. Il s’agit plutôt, selon nos sources, d’une demande de mise en liberté agréée par le Pôle économique et financier.

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le détenu, aussitôt élargi, a recouvré en même temps ses responsabilités de président de la plus haute collectivité régionale. Il s’est réinstallé dans ses prérogatives en même temps qu’un autre de ses coaccusés, en l’occurrence le Secrétaire général du Conseil régional. Il va sans dire que l’intérimaire à ce poste a été remercié sans ménagement avec la libération de Bandjougou DIAWARA, alors que les observateurs lui reconnaissent tous des prouesses indéniables pendant l’absence des deux codétenus.

Toutes choses qui expliquent la grande polémique ayant accueilli le limogeage de Monsieur N’Diaye par le président Bandjougou DIAWARA, dont le retour aux affaires est vivement critiqué par ses administrés. Ils jugent tout simplement irrégulier la réinstallation aux commandes de responsables en liberté provisoire et qui traînent encore des présomptions de mauvaise gouvernance.
Deux tiers des signatures pour un congrès extraordinaire

Les jours à venir s’annoncent chaudes à l’Union pour la République et la Démocratie. En cause, la crise de leadership qui bat son plein dans l’ancien parti de l’opposition, depuis la disparition de son président et non moins autorité morale. S’y affrontent plusieurs tendances toutes conduites par des allogènes désireux de présider à la destinée de l’héritage de Feu Soumaïla Cissé et de s’en servir comme tremplin pour la magistrature suprême. Un rude bras-de-fer en a découlé dont les protagonistes n’ont pu être pour l’heure départagés par la consultation des différentes structures de base de l’URD. Il reviendrait probablement à la pétition de le faire. Et pour cause, de source bien introduite, la campagne de signatures lancée contre la direction provisoire du parti a prospéré à grands coups d’adhésions en faveur de la convocation d’un congrès extraordinaire. C’est dire qu’il reviendra très bientôt aux militants de déterminer la tendance la plus légitime pour contrôler les rênes du Parti de la Poignée de Mains aux fins d’accélérer le processus du choix de son candidat à la prochaine présidentielle.

Rassemblées par la Rédaction

Source : Le Témoin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct