Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Adoption d’une loi sur les violences basées sur le genre : La nécessaire implication des religieux

Le ministère de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille à travers le programme national pour l’abandon des violences basées sur le genre  (PNBVG) a organisé une rencontre de plaidoyer à l’intention des leaders religieux. C’était ce mercredi dans la salle de conférence de la direction nationale de la promotion de la femme. Il s’agissait à travers cette initiative d’avoir  l’adhésion des religieux pour le processus d’adoption d’une loi en faveur des violences basées sur le genre(VBG).

Il est à rappeler qu’un avant-projet de loi contre les VBG a été élaboré en 2017. Ce document prend en charge plusieurs préoccupations et proposition visant à mieux lutter contre les VGB qui prend de l’ampleur dans notre pays. Le document donne aussi une réponse à ceux qui sont victimes et des stratégies efficaces pour prévenir tout cas de VBG dans notre pays. Ce projet de loi qui attend d’être voté a besoin de l’accompagnement du soutien des leaders religieux. D’où leur nécessaire implication dans le processus. La présente rencontre a permis donc d’informer et surtout de sensibiliser les leaders religieux sur les  formes et des conséquences des VBG. Il est aussi question  d’utiliser tous les préceptes religieux pour cultiver la non-violence, la paix, les valeurs religieuses entre les personnes. « C’est pourquoi nous sollicitons toujours leur engagement, leur soutien au processus d’adoption d’une loi contre les Violences basées sur le genre au Mali » a indiqué la directrice du Programme national pour l’abandon des violences basées sur le genre.

La session a pris fin par l’engagement des leaders religieux. Ceux-ci  se sont engagés à accompagner et appuyer  le ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille pour soutenir le processus d’adoption d’une loi VBG.

Rappelons que la question des violences basées sur le genre est une priorité pour le département et les  plus hautes autorités du Mali.

Le chiffre macabre ne peut que sonner l’alerte et invite à une mobilisation générale contre le phénomène. En effet le tableau est moins reluisant entre 2012 à 2019,  il a été  enregistre 20771 incidents de VBG au Mali  dont 4617 cas en 2019, (Sous cluster VBG).  Les causes et les facteurs de risques liés aux VBG sont nombreux et sont d’ordre socioculturel ,religieux, institutionnel.
Au regard de l’ampleur du phénomène dans notre pays de nombreuses mesures politiques, institutionnelles, juridiques et règlementaires ont été  déjà prises pour renforcer les services de prévention et de réponse pour mettre fin aux VBG. Au nombre de ces mesures, nous pouvons inciter entre autres  la création du Programme National pour l’abandon des VBG, l’élaboration du programme développement pour l’autonomisation de la femme et de la famille et l’épanouissement de l’enfant (2020-2024) et son plan de financement, la loi n°052 du 18 décembre instituant les mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions électives et nominatives. Ce n’est pas tout il faut aussi retenir  le lancement de l’Initiative Spotlight au Mali, l’élaboration de la stratégie nationale holistique pour mettre fin aux VBG, l’existence de numéros verts contre les VBG: 80 333 et 80 33. S’y ajoute, la mise en échelle des « One stop center » médicale, psychosociale, sécuritaire et juridique) des cas de VBG dans les régions et Bamako.Toutes ces dispositions seront appuyées par l’adoption du projet de loi.

Ramata Tembely, chargée de mission

Source: mali24
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct