Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

1er Mai : la CDTM interpelle le gouvernement

Le Mali, à l’instar de la communauté internationale, a célébré, hier mercredi, la journée du 1er mai dédiée aux travailleurs. À la Centrale démocratique des travailleurs du Mali (CDTM), la journée internationale du Travail a été marquée par le défilé de différents syndicats affiliés sur l’avenue du Mali, à l’ACI 2000.

« Unité d’action syndicale, un impératif et une exigence pour mieux défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs du Mali » ; « pérenniser la décentralisation, le paiement du salaire des fonctionnaires des collectivités territoriales du cadre administratif s’impose à l’État. Car on ne saurait parler de collectivité sans fonctionnaires territoriaux » ; « la CDTM exige l’organisation de l’élection professionnelle source d’équité et de justice » ; « Travailler oui, mais dans un environnement sécuriser », tels étaient entre autres slogans scandés par les militants de la CDTM au cours de cette fête du Travail.

Au cours de la cérémonie, on notait la présence de M. Diakaridia Diallo, représentant du ministère de Sécurité intérieure et de la protection civile ; M. Sidiki Bouaré, représentant du ministère du Travail et de la fonction publique, de la représentante du ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille.

Avant de procéder aux défilés, Mme Sidibé Dédéou Ousmane, secrétaire générale de la centrale démocratique des travailleurs du Mali (CDTM), a tout d’abord demandé au public d’observer une minute de silence à tous ceux qui se sont sacrifiés pour la postériorité, dont feu Siaka Diakité.

Ensuite, la responsable de la CDTM a fait savoir que cette journée mondiale du travail est une journée de lutte du mouvement ouvrier instaurée par la IIe internationale, en mémoire du massacre de Haymarket Square, comme journée annuelle de grève pour la réduction du temps de travail à huit heures/jour. Cette revendication fut selon Sidibé Dédéou Ousmane, satisfaite lors de l’entre-deux guerre dans la plupart des pays européens industrialisés. Pour elle, la fête mondiale du travail est non seulement une journée de solidarité entre les travailleurs et les travailleuses, mais aussi une solidarité entre le Nord et le Sud du Mali. Cette journée, pour Sidibé Dédéou Ousmane, doit également être, pour les syndicats et le gouvernement, les employeurs et les travailleurs, l’occasion d’une introspection et d’une réflexion collective. Selon la patronne de la CDTM, cette journée mondiale devient une journée de célébration des combats des travailleurs et travailleuses.

La secrétaire générale de la CDTM a déploré que face à la précarité, à l’insécurité sociale, à la pauvreté, à l’exclusion et à la corruption, les Salariés continuent de se battre pour gagner leur part des richesses créées par leur travail.

L’occasion était bonne pour Mme Sidibé d’interpeler les autorités face aux nombreux défis qui se posent au pays, notamment la question de revalorisation des salaires. Car selon elle, il ne se passe pas jour sans enregistrer une augmentation des prix à la pompe, sur l’unité d’électricité, sur les produits alimentaires… Mme Sidibé Dédéou Ousmane a déploré aussi qu’il n’y a pas de jour qui passe sans attaques nouvelles contre les salaires, le pouvoir d’achat des salariés, des retraités, des chômeurs… voilà, c’est tout le sens de la lutte que lance CDTM dans tout le Pays.

SABA BALLO

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct