Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

CERCLE DE YANFOLILA : La bataille contre la drogue engagée par le RJDCYS

Durant 10 jours (10 au 21 février 2019), le Réseau des jeunes diplômés du cercle de Yanfolila et sympathisants (RJDCY) sillonnera les 12 communes pour expliquer les méfaits de la consommation de la drogue à la population.

La campagne  de sensibilisation  de la population sur les effets de la drogue  liés à l’orpaillage traditionnel dans le cercle de Yanfolila a eu lieu, le dimanche 10 février 2019, à la Maison du peuple à Yanfolila, en présence des autorités locales, des chefs coutumiers et religieux, de la marraine, Mme Sayon Keita, et du représentant du parrain, général Siaka Sangaré. Le président du Haut conseil des collectivités était représenté par Djoumé Sidibé.

Le cercle de Yanfolila est une zone d’orpaillage traditionnel par excellence. Parmi les conséquences néfastes de la  multiplication des sites d’orpaillage se trouve la consommation abusive de la drogue par la population. Un phénomène qui fait de plus en plus de dégât sur le plan social et économique. Cette consommation a provoqué une recrudescence de la criminalité dans le cercle. Les jeunes restent la couche la plus touchée par le phénomène.

Pour lutter contre ce fléau dans le cercle, des jeunes diplômés de ces localités ont initié une campagne de sensibilisation sur la drogue. Pendant dix jours ((10 au 21 février 2019), les jeunes diplômés seront dans les villes, villages et hameaux  des 12 communes du cercle de Yanfolila pour informer la population sur les dangers de la consommation de la drogue.

Selon le président du RJDCYS, Abou Sangaré, les facteurs favorisant la consommation abusive de la drogue sont entre autres : la curiosité, la pression des camarades, le chômage des jeunes, l’orpaillage traditionnel, la migration, l’absence d’encadrement.

«Nous sommes convaincus que c’est une pratique qui peut avoir des effets néfastes sur la santé tels que la sensation de supériorité, agressivité, violence, viol, crime etc. Elle peut aussi avoir des conséquences tant sur le plan individuel, notamment la dépendance, le surdosage, la démence (trouble mental grave caractérisé par une détérioration des fonctions intellectuelles), le comportement sexuel à risque, la délinquance, la déperdition scolaire (abandon d’école), le chômage, la suicide…» a précisé le président.

Aux dires du président, la prévention à travers l’information et la sensibilisation de la population plus particulièrement des jeunes est une  solution idéale. Il a également lancé un vibrant appel aux autorités administratives et politiques du cercle, à s’impliquer davantage dans la promotion de l’entreprenariat des jeunes à travers des formations et l’insertion socio-économique.

Y. Doumbia 

Le Débat 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct