Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

TikTok : pourquoi les créateurs noirs se sont mis en grève

Les créateurs noirs sur TikTok refusent de chorégraphier de nouvelles danses et dénoncent ce qu’ils considèrent comme une nouvelle forme d’appropriation culturelle sur l’application.

La dernière chanson du rappeur Megan Thee Stallion, “Thot Shit”, était censée être un succès sur TikTok. Son précédent single, “Savage”, avait obtenu plus de 22 millions de vues sur l’application. “WAP” en a généré 4 millions et “Body” 1,5 million.

Mais cette fois, une grève des médias sociaux organisée par les créateurs noirs sur la plateforme de création de vidéos virales a empêché son nouveau single de décoller.

Les créateurs noirs ont refusé de réaliser une danse pour la chanson et ont préféré organiser un débrayage numérique.

Depuis juin, le hashtag BlackTikTokStrike a été visionné plus de 6,5 millions de fois sur l’application et est devenu une tendance sur les plateformes de médias sociaux comme Twitter.

Les utilisateurs noirs utilisent le hashtag pour exprimer leurs objections à ce qu’ils considèrent comme un traitement préférentiel.

Les créateurs noirs disent que les influenceurs non noirs utilisent leur travail, récoltant les gains financiers et personnels gagnés par les vues, mais ne reconnaissent pas ou ne donnent pas le crédit aux initiateurs.

“Même dans les espaces que nous avons réussi à créer pour nous-mêmes, des personnes [non noires] s’infiltrent violemment et occupent ces espaces sans aucun respect pour les architectes qui les ont construits”, explique au Washington Post Erick Louis, un créateur TikTok noir qui a aidé à organiser la grève.

“Cette application ne serait rien sans les personnes [noires]”, écrit M. Louis, 21 ans, dans une vidéo TikTok largement partagée.

La grève est une question de reconnaissance et d’attribution du mérite, dit-il.

Les créateurs noirs ne sont pas les seuls à être d’accord. Rachel McKenzie, qui est blanche, utilise TikTok quotidiennement et soutient la grève.

“Toute personne qui utilise TikTok vous dira que les jeunes créateurs noirs chorégraphient la grande majorité, sinon la totalité, des danses qui deviennent virales”, confie-t-elle à la BBC.

“Si vous regardez la culture pop moderne et son intégralité, c’est juste un autre exemple de la façon dont la culture noire se vend et dont les Blancs la détournent.”

  • L’Inde interdit TikTok et des dizaines d’autres applications chinoises

“En tant que femme blanche, je pense qu’il est important de parler à ceux qui continuent à nier le crédit ou à banaliser des sujets comme celui-ci”, ajoute-t-elle.

Devenir viral sur TikTok s’est avéré avoir un impact bien au-delà de la popularité. Certains utilisateurs de TikTok ont réalisé des millions de dollars de revenus avec leurs vidéos. De plus, les chansons virales sur TikTok ont eu un impact énorme sur l’industrie musicale, en influençant les chansons qui deviennent des hits et en obtenant plus de flux et donc plus d’argent pour les artistes.

Si la grève a commencé avec la dernière chanson de Megan Thee Stallion, le problème a déjà été mis en évidence auparavant.

En mars, l’animateur de talk-show Jimmy Fallon a invité l’influenceuse TikTok Addison Rae, qui est blanche, à son émission. Elle a exécuté de nombreuses danses virales créées par des danseurs noirs qui n’ont pas été mentionnés ou mis en avant à l’antenne.

L’une des danses pour lesquelles elle a reçu de nombreuses vues était la “Renegade”, créée par Jalaiah Harmon, une TikToker noire de 14 ans.

Après l’interprétation de Rae, la danse est devenue tendance. Même des célébrités l’ont recréée.

Mais alors que d’autres sont devenus le visage de la danse, Jalaiah a eu du mal à être crédité ou rémunéré, car TikTok paie pour les vues.

  • Une faille TikTok permet aux utilisateurs de publier des vidéos pornos et violentes

Rae a gagné près de 5 millions de dollars (2 770 622 700 FCFA) sur TikTok rien qu’en 2020, en obtenant des vues des vidéos qu’elle a réalisées en recréant des danses de chorégraphes noirs.

Bien que ses gains exacts soient inconnus, selon une estimation, Jalaiah a gagné environ 38 000 dollars (21 057 416 FCFA) la même année grâce à l’application.

“J’étais à la fois excitée et frustrée parce qu’ils ne me marquaient pas et ne m’attribuaient pas de mérite”, explique-t-elle à Teen Vogue.

Depuis la réaction initiale, des célébrités ont tenté de faire en sorte que Jalaiah soit reconnue pour sa création. Fallon a reconnu son erreur en invitant Jalaiah et de nombreux autres TikTokers noirs à son émission en avril, dans le but de donner une voix aux nombreux créateurs inconnus de danses virales.

Jalaiah a fait des apparitions dans le Ellen Degeneres Show, a figuré dans un clip vidéo et s’est produite lors d’un match des étoiles de la NBA.

Mais de nombreux autres créateurs noirs de TikTok se battent encore pour obtenir la reconnaissance et le crédit qu’ils estiment mériter.

TikTok a depuis publié une déclaration soulignant son engagement envers la diversité et l’inclusion.

“Au cours de l’année écoulée, nos équipes ont continué à travailler pour élever et soutenir les voix et les causes noires, tout en favorisant un environnement inclusif sur notre plateforme et au sein de notre lieu de travail”, précise le communiqué.

La société a déclaré qu’elle formait son personnel “pour mieux comprendre les contenus plus nuancés comme l’appropriation de la culture et les insultes” et s’efforçait de donner aux utilisateurs “des outils pour renforcer notre communauté”. Elle n’a pas abordé directement la question de la grève.

  • Comment les angoisses et les applications alimentent le boom de l’astrologie

Les partisans de la grève de TikTok affirment qu’il ne s’agit pas seulement de l’application.

“Des célébrités comme les Kardashian, parmi beaucoup d’autres, exploitent avec succès les tendances et les comportements noirs que les pionniers noirs ont été persécutés pour avoir embrassé”, affirme Mme McKenzie.

“Je pense que cela se résume vraiment à la nature incommode et inconfortable de la confrontation directe avec le racisme systémique.”

Elle voit la “réticence évidente” de certains influenceurs TikTok à accorder du crédit aux créateurs noirs comme un exemple de “l’aisance avec laquelle beaucoup de Blancs sont assis dans une dynamique de pouvoir d’exploitation aussi biaisée.”

Les partisans disent qu’ils poursuivront la grève indéfiniment, bien que cela n’inclue pas l’abstention totale de l’application.

Bien qu’il n’y ait pas d’indicateur clair si la grève a été un succès, elle a lancé des conversations et a eu un impact sur les tendances de danse comme “Thot Shit “.

“Cela en dit long. Nous avons ces expériences en dehors de TikTok. En tant que Noirs, nous sommes habitués à galvaniser, à marcher, à protester, à devoir crier et hurler pour faire entendre nos voix”, explique M. Louis à NBC.

“C’est censé être un espace sûr, mais même dans ces espaces, nous sommes obligés de faire une déclaration et de protester”, ajoute-t-il.

Source :  bbc.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct