Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

TABASKI : Ce qu’en dit l’islam

La fête de Tabaski est célébrée par les musulmans du monde entier à un mois précis appelé Dhoul Hijja ou encore le mois où a eu lieu le pèlerinage. Tout comme la fête de l’Aïd El fitr, chacune de ces fêtes islamiques marque la fin de l’accomplissement d’un des piliers de l’islam et le pèlerinage est le dernier des 5 piliers.

 

Abdellahi El Khalid est islamologue et imam, il explique l’origine de la grande fête islamique « L’islam célèbre à juste titre le sacrifice d’Abraham avec la fête de l’Adha (le sacrifice). Appelée aussi Eid el Kabir (la grande fête), elle marque la fin du pèlerinage tout comme laid El Fitr marque la fin du mois de ramadan. Elle coïncide chaque année avec la fin du pèlerinage à la Mecque qui a lieu le 10 du mois de Dhoul al-hijja, dernier mois du calendrier musulman. Le croyant se doit d’imiter le geste d’immolation du patriarche, en immolant un mouton, dont une partie de la viande est consommée, l’autre partagée avec les démunis, les proches et les voisins ».

Abraham est le père de tous les croyants « des Livres » : Juifs, les Chrétiens et les Musulmans. Le sacrifice de son fils, est un épisode essentiel pour les religions monothéistes, notamment pour les Musulmans. Cité dans au moins 25 sourates du Coran, Abraham est considéré comme le « premier soumis à Dieu », selon notre interlocuteur.

Par ailleurs le sacrifice d’Abraham a des conditions que chacun se doit de satisfaire afin que son sacrifice soit accepté. Abdellahi EL Khalid en parle « La fête de l’Adha, est la plus importante des fêtes islamiques. C’est une sounna obligatoire à condition que la personne ait les moyens pour s’en acquitter en tant que musulman. Et les animaux du bonheur ou sacrificiels sont aux nombres de 4 : le bélier, de 6 mois minimum ; la chèvre 12 mois, le taureau 2 ans minimum et le chameau ou chamelle 4 ans. Mais celui qui sacrifie le mouton a plus de récompense que celui qui a immolé un chameau, une chèvre, ou un taureau. Et le Messager d’Allah nous enseigne que ce n’est pas une question de viande mais de qualité. Et Allah a choisi le moins cher afin que chacun puisse s’exécuter, et cela est extraordinaire ».

Les ulémas ont cité certains handicaps qui ne doivent pas être constatés chez l’animal afin que le sacrifice soit accepté. Ces handicaps sont au nombre de 4 : le bélier borne, boiteux, malade qui n’arrive même pas à se déplacer et enfin un bélier trop maigre.

Oumou Fofana

Source : Mali Tribune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct